/news/world

Le bilan est toujours de 129 morts

AFP

Le bilan des attentats de Paris est toujours de 129 morts, malgré une annonce erronée diffusée dimanche matin, indiquant que trois victimes avaient succombé à leurs blessures.

Les trois blessés qui ont perdu la vie à l'hôpital faisaient déjà partie du nombre de morts compilé et annoncé par les autorités hier.

Pendant ce temps, on a appris que deux Français ayant résidé à Bruxelles, dont l'un dans le quartier de Molenbeek, figurent parmi les auteurs des attentats meurtriers de vendredi soir à Paris, et ils sont «décédés sur place», a annoncé le parquet fédéral belge dimanche dans un communiqué.

Par ailleurs, «deux voitures immatriculées en Belgique ont été retrouvées à Paris» par les enquêteurs français, «l'une à proximité (de la salle de concert) du Bataclan et l'autre près du (cimetière parisien du) Père Lachaise», explique le parquet. «L'enquête démontre que ces deux véhicules ont été loués en début de semaine dans la région bruxelloise», indique-t-il.

«Une personne ayant loué un de ces véhicules a fait l'objet d'un contrôle à Cambrai (nord de la France, ndlr), le 14 novembre à 9h10 sur l'autoroute A2 en direction de la Belgique. La voiture contrôlée a ensuite été interceptée à Molenbeek-Saint-Jean hier en fin d'après-midi», ajoute le parquet.

C'est à Molenbeek, quartier populaire à forte population immigrée, qu'ont séjourné depuis une vingtaine d'années les auteurs de plusieurs attentats jihadistes, de l'assassinat du commandant Massoud en Afghanistan en 2001 au responsable présumé de la tuerie au Musée juif de Bruxelles, Mehdi Nemmouche, qui avait fait quatre morts en mai 2014.

Au total, sept personnes ont été interpellées en Belgique depuis samedi dans le cadre du volet belge de l'enquête sur les attentats de Paris, précise le parquet. «Certaines d'entre elles pourraient être déférées au juge d'instruction dans les prochaines heures», poursuit-on de même source.

La police belge a également procédé samedi à des perquisitons à Molenbeek. «Les pièces saisies et emportées sont actuellement en cours d'examen», selon le parquet.

Depuis «la première heure, les autorités judiciaires belges et françaises collaborent activement. Pour accélérer l'échange d'information, elles ont décidé de constituer une équipe commune d'enquête. Des enquêteurs français sont actuellement à Bruxelles», indique encore le parquet.

Dans la même catégorie