/finance/homepage

France : vague d'annulations dans les hôtels et restaurants

Agence France-Presse

 - Agence France Presse

Trois jours après les attentats de Paris, les hôtels et restaurants de la capitale française enregistrent des annulations « conséquentes », qui laissent présager de « prochains mois difficiles » dans ce secteur, selon les professionnels interrogés par l'AFP lundi.

« Depuis samedi, il y a une vague d'annulations conséquente dans l'ensemble du secteur de l'hôtellerie et qui concerne les deux ou trois mois à venir », a indiqué à l'AFP Didier Le Calvez, PDG du palace le Bristol et président de l'Umih Prestige, syndicat hôtelier regroupant les établissements très haut de gamme.

Selon lui, « les prochains mois vont être difficiles, comme cela a été le cas après les attentats du mois de janvier », contre l'hebdomadaire satirique Charlie Hebdo et un supermarché casher de l'est parisien, qui avaient fait 17 morts.

« On était tout juste en train de s'en remettre, avec des mois d'octobre, de novembre et de décembre qui avaient les clignotants au vert mais là c'est 50 % de chiffre d'affaires en moins qui va être enregistré pour le mois de novembre pour l'hôtellerie », selon M. Le Calvez.

PDG du groupe de restauration Flo, propriétaire de plusieurs grandes brasseries parisiennes célèbres comme La Coupole, Vincent Lemaître a fait état de son côté de « 50% d'annulations dans ce type d'établissements » depuis samedi.

« Il est encore tôt pour avoir des chiffres mais il est certain que l'impact économique sera fort pour tout le secteur, comme cela a été le cas en janvier », a déclaré un autre responsable du secteur de l'hôtellerie-restauration, Didier Chenet, président du syndicat GNI-Synhorcat très présent à Paris.

La plupart des compagnies aériennes et voyagistes européens faisaient néanmoins état lundi d'une activité normale à destination de Paris, où les aéroports d'Orly et de Roissy-Charles de Gaulle sont sous haute surveillance.

Dans ces deux aéroports, plus de 5 000 personnes sont mobilisées pour la sécurité et des consignes de vigilance accrue et d'accompagnement des passagers ont été transmises aux personnels, selon des sources aéoportuaires.

Depuis dimanche, les contrôles renforcés sont effectués sur des vols ciblés à destination ou en provenance de certains pays de l'espace Schengen sur ordre des pouvoirs publics, selon les mêmes sources.

Les compagnies aériennes offrent à leurs clients la possibilité de repousser gratuitement la date de leur départ mais cette alternative n'était que très peu utilisée, selon les différentes compagnies européennes interrogées par l'AFP.

Le trafic a été « normal » ce week-end et il n'a pas été nécessaire de répondre « à des besoins de départs en masse », selon une porte-parole d'Air France.

Ryanair a évoqué « un très petit nombre de clients qui reportent leur vol prévu pour Paris ». EasyJet a parlé de « quelques annulations mais de façon marginale à l'échelle du réseau ».

Le voyagiste Thomas Cook a expliqué avoir « aidé dans deux cas des clients » logés à Paris qui «ont décidé de repartir plus tôt que prévu »

En Allemagne, chez Lufthansa, il y a « une légère retenue » dans les réservations, « mais pas de décrochage ». En Espagne, Iberia affirme ne rien avoir noté de particulier en termes d'annulations.

Les attentats de Paris, qui ont fait au moins 129 morts et 352 blessés vendredi, sont les plus meurtriers jamais perpétrés dans le pays, où l'état d'urgence a été décrété.

Dans la même catégorie