/regional/estduquebec/basstlaurent

Hommages aux victimes des attentats de Paris

Marc-Antoine Lavoie

 - Agence QMI

Les attentats qui ont frappé Paris vendredi soir continuent d’ébranler le monde entier. Un rassemblement s’est tenu dans de nombreuses régions, dont un dimanche au Parc Blais.

Une soixantaine de personnes ont tenu à démontrer leur appui au peuple français. L’organisatrice de l’évènement s’est dite profondément touchée par la réponse des citoyens de la région. «Merci de soutenir les personnes qui ont vécu ces moments. Ça compte vraiment pour moi et je pense que ça compte pour beaucoup de personne», a témoigné Léa Didelot.

Cette étudiante française habite à Rivière-du-Loup depuis un peu plus de deux ans. La jeune femme, qui a perdu des proches, ne pouvait rester impuissante. «J’ai organisé la marche, même pas dans le but d’être nombreux, juste dans le but de dire que je suis là avec vous et on ne vous oublie pas», a-t-elle confié.

Plusieurs personnes présentes ont des connaissances qui résident en France. Il était essentiel pour elles de participer à ce rassemblement.

«Les gens là-bas sont dans la peur. Il faut leur envoyer des ondes positives. C’est ce que j’ai dit à mes amis. J’ai dit: 'regardez on est avec vous et nous sommes solidaires'», a affirmé Marc Malenfant, un résident de Rivière-du-Loup.

«C’est vraiment épouvantable ce qui se passe. On veut faire comprendre au monde entier qu’on est là. On est pour la paix», a ajouté Isabelle Dubé.

Une marche silencieuse s’est ensuite déroulée. Les gens se sont dirigés jusqu’au parc des Chutes par la rue Lafontaine pour y déposer messages et bougies dans un geste de paix.

«Ce n’est pas seulement pour ce qui se passe en France, mais ce qui se passe dans le monde. C’est un soutien moral et symbolique pour les familles, pour les peuples et les communautés qui perdent beaucoup et qui sont victimes de jugements aussi», a dit Niels de Sevin, un étudiant français.

Pour Léa Didelot, les motivations qui ont mené à un tel drame resteront à jamais inexplicables. Cette marche est seulement une façon d’apaiser la tristesse qui l’habite.

«Je pense qu’on ne cherche pas à comprendre. On veut juste cesser de pleurer et continuer d’avancer», s’est-elle désolée.

Des étudiants observent une minute de silence

Une minute de silence s’est aussi tenue lundi midi devant le cégep de Rivière-du-Loup. Des étudiants et des enseignants se sont rassemblés laissant place à des scènes émouvantes. Des étudiants français fréquentent le campus et sont directement touchés par ces actes terroristes.

Rivière-du-Loup affirme son soutien à la France

Choquée par la tragédie qui a plongé Paris dans le noir vendredi dernier, la Ville de Rivière-du-Loup tient à affirmer son soutien au peuple français, victime pour une deuxième fois cette année d’horribles attentats.

Les drapeaux, au-dessus de l’hôtel de ville et des autres édifices municipaux, ont été mis en berne pour témoigner de la solidarité de la Ville à l’égard de ce pays ami, aujourd’hui meurtri.

En outre, au parc du Campus-et-de-la-Cité, les cônes lumineux adopteront pour la prochaine semaine le bleu, le blanc et le rouge du drapeau tricolore, comme autant de lueurs d’espoir envoyées vers la France.

«Nous condamnons ces actes d’une violence sans nom. Aucun peuple ne mérite de vivre dans la peur, de subir autant de douleur. Nos pensées accompagnent les proches de chacune des victimes de ces basses attaques», a témoigné le maire Gaétan Gamache.