/news/politics

Couillard accusé d’instrumentalisation par le PQ

Pierre Karl Peladeau

Simon Clark/Agence QMI

Philippe Couillard a «instrumentalisé de façon indécente et partisane» les attentats de Paris en taxant ses adversaires de xénophobie, croit Pierre Karl Péladeau.

Le chef du Parti québécois (PQ) a vivement dénoncé lundi les propos tenus par le premier ministre au cours du week-end à l'occasion du congrès général du Parti libéral. Philippe Couillard a reproché au PQ et à la Coalition avenir Québec (CAQ) d’avoir un «lourd passé» envers les immigrants.

Il a entre autres rappelé le projet de charte des valeurs du précédent gouvernement péquiste ainsi que la proposition de la CAQ de faire passer différents examens aux immigrants afin d’évaluer leur connaissance du français, leur adhésion aux valeurs québécoises et leurs efforts pour s’insérer sur le marché du travail.

«Il n’y a personne qui fait ça. Il n’y a pas un pays démocratique qui fait des choses comme ça», a lancé le premier ministre, qui a mis ses adversaires en garde contre la tentation d’attiser l’intolérance à l'égard des réfugiés syriens.

«Philippe Couillard a choisi de s’abaisser en tenant des propos déplacés, a réagi Pierre Karl Péladeau. Il doit démontrer la hauteur et l’élévation qui doit caractériser son statut de chef d’État et retirer ses propos.»

Le chef péquiste a soutenu que les membres du Parti québécois avaient toujours été «animés par l’ouverture sur le monde et par la promotion de la diversité».

La CAQ dénonce la «bassesse» du premier ministre

La porte-parole de la CAQ en matière d’immigration, Nathalie Roy, a pour sa part affirmé que le premier ministre avait fait preuve d’«arrogance» et de «bassesse» en profitant des attentats de Paris pour lancer des attaques partisanes.

«C’est des temps épouvantables, des temps troubles. On doit avoir devant nous quelqu’un qui est un chef d’État puis il se met à faire de la politique partisane et à attaquer les partis d’opposition, a déclaré Mme Roy en entrevue avec l’Agence QMI. J’ai trouvé que c’étaient des attaques injustifiées, que c’était disgracieux et ça m‘a vraiment choquée comme parlementaire.»

Selon la députée de Montarville, Philippe Couillard a fait preuve de mauvaise foi en faisant un amalgame entre les propositions de la CAQ en matière d’immigration et l’attitude qu’elle a adoptée vis-à-vis des réfugiés syriens.

Nathalie Roy a tenu à préciser que le pacte avec les immigrants que propose son parti ne s’appliquerait pas aux réfugiés. Elle a également rappelé que son parti ne remettait pas en question le nombre de Syriens que le Québec s’apprête à accueillir, mais s’interrogeait sur les mesures mises en place pour assurer leur intégration.

Dans la même catégorie