/news/politics

Labeaume propose aux autorités de «prendre une pause»

Stéphanie Martin | Agence QMI

Le maire de Québec demande aux autorités de «prendre une pause et d’éviter la précipitation» dans le processus d’accueil des réfugiés, à la suite des attentats de Paris.

Régis Labeaume, qui s’est fait le fervent défenseur de l’accueil des réfugiés au cours des dernières semaines et qui avait préparé le terrain pour faire venir jusqu’à 800 d’entre eux à Québec, a pris la plume lundi, sur sa page Facebook.

À la suite des attentats de Paris, le maire dit comprendre «les inquiétudes d’une grande partie de mes concitoyens devant l’accueil accéléré de réfugiés dans la capitale et au pays».

Dans ce contexte, il demande aux autorités canadiennes responsables de la mise en place d’un programme d’accueil pour les familles en provenance de Syrie de faire preuve de «prudence».

Chers concitoyenset concitoyennes Nous sommes tous encore sous le choc des tristes événements survenus vendredi soir ...

Publié par Régis Labeaume sur 16 novembre 2015

«Je crois que nos autorités devraient prendre une pause et éviter la précipitation dans ce domaine. Plusieurs intervenants considèrent que novembre et décembre sont les pires mois pour accueillir des réfugiés au Canada. Mettons donc toutes les chances de notre côté pour réussir l’opération d’accueil des réfugiés dans notre région. Je demeure persuadé, tout comme la population, que nous devons faire notre part pour accueillir des réfugiés, mais depuis vendredi, je suis certain que cela ne doit pas se faire dans l’urgence», a écrit le maire.

M. Labeaume appelle à la «réflexion et à la prise de décisions rationnelles» et estime qu’il faut s’assurer de «réunir les conditions gagnantes» pour que l’opération d’accueil soit un succès.

Dimanche, à la rencontre du G20, en Turquie, le premier ministre canadien, Justin Trudeau, a réaffirmé la volonté de son gouvernement d'accueillir 25 000 Syriens d'ici la fin de l'année.

«Nous ne doutons pas des sentiments qui animent le premier ministre Justin Trudeau», a indiqué Régis Labeaume. «La population lui demande plutôt de prendre davantage de temps pour réaliser son engagement de procéder d’ici au 31 décembre 2015. Ouvrons nos cœurs à la détresse humaine, mais pas au détriment de la sécurité.»

Déjà la position du maire a suscité des commentaires. «Bien dit monsieur le maire!

Il suffit maintenant que votre message se rende à notre premier ministre!», a écrit Mélanie Champagne.

«Alors M. Labeaume, quelle serait selon vous la date idéale pour débuter le processus d'accueil des réfugiés? Tâchez de ne pas oublier que chaque jour de délai coûte la vie à des centaines d'hommes, de femmes et d'enfants...», a pour sa part répondu Peire-Joel Brunnemer.