/news/politics

Les passions se déchaînent sur le web

Hugo Bourgoin | TVA Nouvelles

Les attentats terroristes qui ont secoué la capitale française vendredi soir ont ravivé le clivage qui existe chez nous quant à l'accueil de 25 000 nouveaux réfugiés syriens annoncé par le gouvernement Trudeau.

Depuis deux jours, les passions se déchaînent alors que deux pétitions ont vu le jour sur le web. La première, «Non à l'immigration des 25 000 réfugiés» a été mise en ligne au lendemain des terribles événements sur Petitions24.net.

«Nous demandons au gouvernement Canadien (sic), de suspendre l'arrivée des 25 000 immigrés en provenance de Syrie. Simplement pour des raisons de sécurité nationale», a-t-on écrit.

Au moment d'écrire ses lignes, plus de 54 400 personnes avaient apporté leur appui.

«Je suis secourisme. La règle est: avant de sauver quelqu'un assure ta sécurité», a notamment écrit un supporter de la pétition. «En voyant les attentas (sic) qui viennent de se produire, j'espère juste que le gouvernement revienne sur sa décision et que son objectif premier sera de protéger le pays en disant non à l'immigration des 25 000 réfugiés. Cela peut être un motif important pour ne pas faire l'irréparable. Ho mon dieu, ne faite pas çà!», a écrit un autre.

«Pétition inhumaine et xénophobe»

En réaction à cette page, une autre pétition a été créée sur Avaaz.org. Intitulée «OUI aux réfugiés syriens au Canada», la page récoltait pour sa part plus de 22 300 signatures en début de journée, lundi.

Pétition pour

«En réponse à l’ignoble pétition inhumaine et xénophobe contre l’arrivée des 25 000 réfugiés syriens, voici une pétition pour montrer notre solidarité envers ces gens vivant constamment dans la peur et la guerre. Ne mêlons pas terrorisme avec le monde arabe. Ne laissons pas ces 25 000 êtres humains aux mains d’un groupe immonde. C'est d'abord par la haine et le mépris que s'enchaîne la violence. Manifestez votre soutien aux réfugiés», a-t-on écrit en guise d'explication.

Cette deuxième pétition a été partagée plus de 5000 fois via le réseau social Facebook.