/news/world

La filière terroriste à Molenbeek

Félix Séguin | TVA Nouvelles Félix Séguin | TVA Nouvelles

Salah Abdeslam, un suspect-clé  en fuite dans les attentats de Paris, vivait dans un quartier belge qui est dans la mire des autorités. Notre envoyé spécial Félix Séguin s’est rendu dans le quartier Molenbeek, en banlieue de Bruxelles

Un secteur maintenant décrit comme celui qui a servi à fomenter les dernières attaques de Paris.  Il y a eu des dizaines de perquisitions ici au cours des derniers jours. C'est ici que vivaient les frères Abdeslam. L'un est mort, kamikaze, et l'autre est l’homme le plus recherché d'Europe.  

L'appartement des frères Abdeslam

Tout près de l’appartement où vivaient Salah Abdeslam et son frère, Brahim, qui s'est fait exploser dans les attaques de Paris, une vendeuse de tuniques arabes connaissait le plus jeune. Elle préfère ne pas s'adresser directement à la caméra.

 «C'est un gentil garçon, il est normal, il est très calme et gentil.»


Ghetto islamiste

 Molenbeek est décrit comme un ghetto islamiste.  Sa mairesse doit se rendre à l'évidence. «Savoir qu'à Molenbeek, il y a des radicalistes violents qui ont commis ces attentats à Paris, c'est un quartier qui connaît des difficultés, ou il y a du fondamentalisme religieux, mais le passage au radicalisme violent, c'est tout à fait interpellant.» dit Françoise Schepmans mairesse de Molenbeek-Saint-Jean.

 Tuerie du musée juif, cellule de Vervier, attentat du Thalys et maintenant, attentats de Paris... Tout pointe vers ce quartier. Sur la chaussée du Gand, femmes souvent voilées et clients belges très rares. Plusieurs jeunes de Molenbeek ont quitté pour la Syrie et y sont toujours. S'il y a beaucoup de gens sur la rue, c'est qu'ils ne travaillent pas. Ici, le taux de chômage est le plus élevé de la Belgique.

 

 Selon le gouvernement, l'un des terroristes est probablement toujours en Belgique, dont la réputation commence grandement à souffrir.  La Belgique au coeur des réseaux jihadistes, l'échec des services de renseignements;ce n'est peut-être pas pour rien que le ministre de l'Intérieur belge a  affirmé vouloir faire le ménage dans cette commune.

  

Dans la même catégorie