/news/politics

Ottawa doit payer la note, selon Couillard

Dominique La Haye | Agence QMI

Philippe Couillard

Simon Clark/Agence QMI

Le premier ministre Philippe Couillard croit pouvoir atteindre les cibles d’Ottawa pour l’accueil des réfugiés syriens, mais estime que le fédéral devra en payer la note.

Il a précisé que si Québec a déjà mis 29 millions $ de côté pour financer la venue de 3600 réfugiés syriens, à l’aide notamment de transferts fédéraux, Ottawa devra délier les cordons de sa bourse pour les 2000 réfugiés supplémentaires à prévoir.

«On a besoin absolument sur le plan financier de l’engagement fédéral important pour ce qu’il reste à accomplir par la suite», a soutenu le premier ministre du Québec, de passage à Ottawa vendredi pour prononcer un discours aux côtés de son homologue ontarienne, Kathleen Wynne.

«Parce que le contingent supplémentaire de réfugiés va être à la charge de l’État. [...] Donc, pour cela, on a besoin des villes, des groupes communautaires, il faut les mobiliser, les financer et les soutenir. Alors, c’est pour cette raison qu’on est en contact étroit avec le gouvernement fédéral», a poursuivi M. Couillard.

Il est d’avis que ce contingent additionnel de réfugiés «n’est pas un défi énorme», en tenant compte du fait que la province accueille 50 000 immigrants par année.

Le premier ministre a par ailleurs fait une mise en garde quant aux réticences présentes au sein de la population au sujet de l’accueil des réfugiés, notamment depuis les attentats de Paris.

«Les démons des sociétés sont les mêmes, entre autres, celui de la xénophobie et de la méfiance de l’autre. Le Québec ne fait pas exception. [...] C’est la responsabilité des leaders politiques d’avoir un discours de haut niveau, un discours qui appelle à l’accueil», a-t-il ajouté.

La première ministre de l’Ontario a pour sa part souligné le danger de se cacher derrière des «raisons de sécurité pour masquer le racisme».

Le ministre fédéral de l’Immigration, des Réfugiés et de la Citoyenneté, John McCallum, a pour sa part indiqué qu’il aurait plus de détails à fournir mardi prochain sur le plan du fédéral visant à accueillir 25 000 réfugiés syriens d’ici la fin de l’année. Il a dit jusqu’à présent s’être entretenu avec 32 maires au pays et ses 13 homologues provinciaux et territoriaux.

Sans commenter la nouvelle rapportée par le réseau anglais CTV, voulant que Montréal et Toronto pourraient accueillir jusqu’à 900 réfugiés syriens par jour à compter du 1er décembre, le ministre a indiqué que certaines informations dans les médias donnaient des informations erronées basées sur d’anciens plans.

Dans la même catégorie