/news/politics

Moreau rencontre le caucus des grandes villes

TVA Nouvelles

Le gouvernement du Québec et les principales municipalités de la province se disent sur la même longueur d’onde concernant l’accueil des réfugiés syriens.

«Tous nous ont indiqué leur grande ouverture à aller de l’avant», a affirmé en conférence de presse le ministre des Affaires municipales et de la Sécurité publique, Pierre Moreau, à la suite d’une rencontre avec les élus du caucus des grandes villes de l’Union des municipalités du Québec.

Cette réunion avait pour but d’expliquer aux municipalités désignées pour accueillir des réfugiés syriens comment l’accueil et l’intégration allaient se passer sur le terrain du point de vue logistique et organisationnel.

«Les municipalités comme gouvernement de proximité ont un rôle à jouer avec la société civile. Aujourd’hui, on s’est donné un plan de match intégré et chacun va faire sa part, avec beaucoup d’enthousiasme», a affirmé le maire de Montréal, Denis Coderre.

Les principales municipalités de la province sont invitées à accueillir les 3625 réfugiés prévus par Québec en 2015, ainsi que le même nombre l’an prochain, selon leur capacité.

Mais le ministre Moreau a affirmé qu’aucune municipalité n’a un nombre de personnes à accueillir qui a été fixé par le gouvernement.

«Il n’y a aucune municipalité qui a l’obligation de recevoir des réfugiés», a dit le ministre.

Il a ajouté que le gouvernement Couillard avait prévu 29 millions $ pour ces réfugiés. Le ministre des Affaires municipales et de la Sécurité publique a toutefois mentionné que si Ottawa veut que le Québec accueille davantage que les 7250 prévus en 2015 et 2016, alors le fédéral devra délier les cordons de sa bourse.

«On n’a aucune difficulté sur les capacités de réception, mais on dit que si les coûts additionnels sont générés par le plan fédéral, le gouvernement fédéral devra prendre en charge les coûts», a dit le ministre Moreau.

Ni le ministre ni les maires ont dit qu’il était important de respecter l’objectif du gouvernement Trudeau d’accueillir 25 000 réfugiés syriens d’ici la fin de l’année.

Dans la même catégorie