/news/world

Hollande veut faire «le plus de dégâts possibles»

AFP

Le président François Hollande a déclaré lundi que l'objectif militaire en Syrie et Irak était «de faire le plus de dégâts possibles» au groupe État islamique (EI), une position à laquelle le premier ministre britannique David Cameron a apporté «fermement» son soutien.

«Nous sommes convaincus que nous devons continuer à frapper Daech (acronyme arabe de l'EI) en Syrie. Nous allons intensifier nos frappes, nous allons choisir des cibles qui feront le plus de dégâts possibles à cette armée terroriste», a dit le président français, en évoquant des «obligations communes» avec Londres en matière de défense.

«Je soutiens fermement la décision du président Hollande de frapper l'EI en Syrie. C'est également ma ferme conviction que le Royaume Uni doit faire de même», a déclaré M. Cameron à l'issue d'un entretien à Paris avec le chef de l'État français.

«Nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour soutenir notre ami et allié français pour vaincre cette menace démoniaque», a assuré M. Cameron.

«Aujourd'hui nous avons décidé d'accentuer encore nos efforts et de travailler plus étroitement avec nos pays européens», a-t-il poursuivi.

Incorrect or missing Brightcove Settings

«Nous devons faire plus pour neutraliser la menace des combattants étrangers de retour de Syrie. (...) Il est franchement ridicule que nous obtenions plus d'informations de pays en dehors de l'UE que nous ne pouvons en obtenir de chacun des États membres», a déploré le premier ministre britannique.

«Aujourd'hui, j'ai proposé au président (François Hollande) d'utiliser la base de Rafakrotiri (à Chypre) pour l'aviation française engagée dans les opérations contre Daech et un soutien additionnel en ravitaillement en vol», a précisé M. Cameron.

«Notre porte-avions (Charles de Gaulle) qui va bientôt arriver sur zone» au large de la Syrie «a été clairement mandaté pour frapper et frapper dur contre Daech», a poursuivi le président français.

Évoquant la résolution de l'ONU adoptée en fin de semaine dernière sur le combat contre le groupe État islamique, François Hollande a souligné qu'il voulait s'«appuyer» sur ce texte car il «a bien posé les objectifs qui doivent être ceux de la communauté internationale: détruire Daech. Et faire en sorte qu'une solution politique puisse être trouvée en Syrie».

«Nous avons un accord entre la France et le Royaume Uni, ce traité de Lancaster (signé en 2010) qui fait que, sur les questions de défense, nous avons des obligations communes au-delà de ce que nous pouvons faire entre gouvernements européens», a par ailleurs affirmé François Hollande sans autres précisions.

Dans la même catégorie