/news/world

Une apparente «ceinture d'explosifs» retrouvée

Agence France-Presse

Une «ceinture qui pourrait s'apparenter à une ceinture d'explosifs» a été découverte lundi à Montrouge, à la périphérie sud de Paris, dix jours après les attentats qui ont fait 130 morts dans la capitale française, a-t-on appris de sources concordantes.

Elle a été retrouvée «en fin d'après-midi dans une poubelle», a indiqué une source policière.

Découverte par des éboueurs, elle semble avoir «la même configuration» que les gilets utilisés par les jihadistes qui se sont fait exploser dans les attaques du 13 novembre, selon une autre source policière.

Incorrect or missing Brightcove Settings

Elle est en cours d'analyse «pour confirmer qu'il s'agit d'explosifs», a précisé une source proche de l'enquête.

Selon cette source, Salah Abdeslam, frère d'un kamikaze et suspect clé introuvable depuis les attaques, avait été localisé par la téléphonie le soir des attentats du 13 novembre à proximité de Montrouge, dans la commune voisine de Châtillon.

Salah Abdeslam, un Français de 26 ans résidant en Belgique, pourrait être l'unique auteur direct des attaques de Paris encore vivant.

Activement recherché pour avoir au moins joué un rôle de logisticien dans les tueries, il était «peut-être prêt à se faire sauter», selon l'avocate d'un des deux hommes qui ont reconnu l'avoir exfiltré vers la Belgique le 14 novembre.

Selon le procureur de Paris, François Molins, qui dirige l'enquête, les gilets ou ceintures d'explosifs portés par les kamikazes étaient composés «de TATP, de piles et d'un détonateur sous forme de bouton-poussoir, ainsi que de boulons pour contribuer à aggraver encore le mécanisme et le souffle de l'explosion».

Le TATP est un explosif «primaire, très volatil, constitué de peroxyde d'azote», avait expliqué le procureur au lendemain des attentats.

Dans la même catégorie