/finance/homepage

Des producteurs de spectacles réclament un plan d'aide

Agence France-Presse

 - Agence France Presse

Le syndicat français des producteurs, diffuseurs et gérants de salles de spectacles musicaux a réclamé mardi un plan de soutien au secteur de 50 millions d'euros (plus de 53 millions $ US) pour faire face aux conséquences des attentats de Paris et aux dépenses accrues de sécurité.

« Aujourd'hui, les garanties de sécurité et le modèle économique du secteur du spectacle sont à revoir », a souligné le syndicat Prodiss, en évoquant tout à la fois les « nouvelles dispositions à mettre en place » en matière de sécurité, « la baisse des ventes de billets constatée sur la semaine post-attentats » et les « annulations de spectacles ».

 « À ce titre », il s'est félicité de la mise en place par les pouvoirs publics d'un fonds d'urgence de 4 millions d'euros après les attaques du 13 novembre, qui ont fait 130 morts dont 90 dans la salle de concerts du Bataclan.

« Mais l'onde de choc nécessite un plan de soutien d'envergure à moyen terme du gouvernement : en effet, pour pallier l'impact, le syndicat évalue ses besoins à 50 millions d'euros », a-t-il estimé dans un communiqué.

Une semaine après les attentats, le Prodiss avait fait état vendredi d'une chute d'environ 80 % des ventes de billets de concerts de musique actuelle et de variétés par rapport à aux chiffres habituellement constatés à cette période de l'année.

En solidarité avec les victimes des attaques et leurs proches, le syndicat a « recommandé » lundi « à ses adhérents qui le souhaitent, d'abonder un fonds d'aide, par exemple sur la base d'un euro sur chaque billet vendu en décembre ».

Il s'est aussi engagé à « accompagner l'ensemble de ses adhérents (...) dans la mise en place des mesures de sécurité qui seront nécessaires » et avance l'idée de « proposer le billet nominatif, qui permettra de faciliter les contrôles d'identité aux entrées des salles ».

Dans la même catégorie