/news/politics

Le ton a monté à l'Assemblée nationale

Marie-Renée Grondin | Agence QMI

Le ton a monté mardi à l’Assemblée nationale, lorsque le député de Mercier Amir Khadir a accusé le parti libéral de procéder encore à «des moyens illégaux pour financer sa caisse électorale».

Avec cette déclaration, le député de Québec solidaire s’est attiré les foudres du président de l’Assemblée nationale, Jacques Chagnon, qui l’a interrompu sur-le-champ.

«M. le député de Mercier, je vais vous demander de retirer vos propos. Les propos que vous venez de tenir, justement, ceux qui sont accusateurs», lui a-t-il ordonné.

Amir Khadir a répliqué qu’il «retire tout ce qui n’est pas conforme à la réalité».

«Alors, je vais vous demander de recommencer votre question, en faisant miens les propos que je viens de vous dire. Vous n’avez pas le droit d’accuser comme ça, librement», lui a-t-il répliqué.

Quelques instants plus tard, le président de l’Assemblée a sommé M. Khadir de s’asseoir. «Quand je suis levé, vous vous assoyez!» a-t-il lancé avec autorité.

Selon les dires d’Amir Khadir, il ne se souvient pas que le président de l’Assemblée nationale ait interrompu de la sorte une question d’un député.

Dans la même catégorie