/news/society

Salle comble pour un écrivain controversé

L'Université McGill a accueilli mardi l'écrivain Tariq Ramadan. Celui-ci dénonce les politiques étrangères de l'Occident, qu'il tient responsable des divisions qui nourrissent les organisateurs d'attentats terroristes. Mais Ramadan lui-même tient également des propos controversés.

Dans une salle bondée, l'homme a dénoncé les attentats de Paris, mais également la réplique des Français contre l'État islamique.

Tarik Ramadan, petit-fils du fondateur des Frères musulmans, se plaint qu'on le décrit comme tenant un double langage. Pourtant, à Montréal, il parle de paix, mais devant un autre auditoire, il prie Allah de frapper les ennemis de l'islam.

À Dallas, en 2011, lors d'une réunion d'ICNA, une organisation qui a fait venir au Canada de nombreux imams radicaux, il avait déclaré que les musulmans devaient coloniser les États-Unis.

Tarik Ramadan enseigne à Oxford, en Angleterre, mais il dirige aussi un centre de recherche sur la charia financé par le Qatar.

Les liens entre McGill et le Qatar sont connus puisque l'université a reçu un don de 1,2 million de dollars pour son Institut d'études islamiques.

Ramadan a une grande influence dans les milieux islamiques. Il se réjouit ouvertement de la défaite des conservateurs et de l'élection de Justin Trudeau.

«Il faut en même temps que notre évaluation de ce gouvernement se fasse aussi sur la politique étrangère», a-t-il dit mardi.

Tariq Ramadan dénonce les attentats de Paris, mais il dénonce aussi la réplique de François Hollande. Il estime que l'Occident devrait répondre aux attentats terroristes en accueillant davantage de réfugiés syriens, plutôt qu'en bombardant l'État islamique, en Irak ou en Syrie.

Dans la même catégorie