/finance/homepage

Le Bureau de la concurrence appuie UberX

Argent

Chantal Poirier / JdeM

Le service de transport UberX vient d’obtenir un coup de pouce de taille : celui du Bureau de la concurrence du Canada, qui plaide pour une modernisation de l’industrie pour permettre à UBER d’opérer.

Le Bureau  étonne aussi, en suggérant d’assouplir les restrictions en vigueur dans l’industrie du taxi plutôt que de réglementer davantage les nouveaux venus.

«La réglementation régissant l’industrie du taxi doit être modernisée afin de permettre aux services de taxi et de covoiturage de livrer concurrence sur un pied d’égalité», affirme-t-il dans un livre blanc publié jeudi intitulé «Modernisation de la réglementation régissant l’industrie canadienne du taxi».

«Les consommateurs bénéficieront de prix plus bas, de périodes d’attente plus courtes et de services de meilleure qualité si les organismes de réglementation permettent aux forces de l’innovation et de la concurrence de façonner l’industrie.»

Les recommandations du Bureau sont publiées alors que l’industrie du taxi continue de faire pression sur le gouvernement Couillard pour qu’il durcisse le ton envers les chauffeurs du service UberX. Mercredi, quelque 350 chauffeurs de taxi ont formé un cortège sur l’autoroute 20  de Montréal vers l’Assemblée nationale, pour interpeller le gouvernement et son ministre des Transports, Robert Poëti à cet effet.

L’organisme fédéral souligne que le fait que les services de covoiturage ne soient pas assujettis aux règlements des municipalités et des provinces crée des conditions inégales dans l’industrie.

«Pour que les règles soient les mêmes pour tous, les organismes de réglementation devraient, si possible, assouplir les restrictions imposées aux taxis traditionnels, plutôt que de réglementer davantage les nouveaux venus dans l’industrie», soutient-il.

De nouveaux règlements ne devraient servir qu’à réaliser les objectifs légitimes de la réglementation, tels que la protection de la sécurité des passagers et des chauffeurs.

Le Bureau ajoute qu’il souscrit aux efforts visant à réglementer les applications de covoiturage plutôt que de les interdire.  

Selon John Pecman, Commissaire de la concurrence, «l’arrivée sur le marché des services de covoiturage offre aux organismes de réglementation une importante occasion à saisir, soit l’occasion d’intensifier la concurrence au sein de l’industrie du taxi en établissant des règles du jeu qui s’appliquent également à tous les joueurs.

«Les consommateurs profiteraient ainsi d’un choix de services novateurs à des prix concurrentiels, tandis que tous les fournisseurs de services auraient une chance égale de livrer concurrence.»

Dans la même catégorie