/news/currentevents

La famille du suspect ébranlée

Ça fait plus d'un an qu'il est dans la mire des policiers. Celui qui a été arrêté, puis relâché l'an dernier en lien avec le meurtre de Jenique Dalcourt, n'est toujours pas accusé. Quel est le chaînon manquant? Impossible de le savoir.

Jenique Dalcourt est cette jeune femme de 23 ans qui avait été battue et laissée pour morte sur une piste cyclable de Longueuil, en octobre 2014.

«Les enquêteurs doivent prendre du recul et se poser la question: est-ce qu'on a des pistes d'enquête, par exemple des analyses dont on n'a pas reçu les résultats? Est-ce qu'on ne devrait pas attendre quelques jours? Il ne faut pas se précipiter», mentionne Jean-François Brochu, enquêteur à la retraite de la SQ.

Incorrect or missing Brightcove Settings

Des membres de la famille du principal suspect ne veulent pas commenter l'affaire à la caméra, tant que personne n'a été arrêté. Mais ils ont confié à TVA Nouvelles qu'ils pensaient beaucoup à la famille de Jenique et que, pour eux, la dernière année a aussi été très éprouvante. Le suspect, qu’il est impossible de nommer parce qu'il n'est pas accusé, est innocent, selon eux.

«Cet individu-là a une explication logique à sa présence. Et cette explication-là n'a pas été démolie par l'enquête. On n'a pas été en mesure de le faire jusqu'à ce jour», explique Jean-François Brochu.

Le beau-père de Jenique n'en veut pas aux policiers ni aux avocats, qui ne font que leur travail. Mais ce qui bouleverse les proches, c'est qu'un meurtrier court toujours.

Des résidents inquiets

TVA Nouvelles s'est entretenu avec quelques résidents du secteur: «Quand on est comme un petit peu plus dans ce coin-là, je vous avoue que... je suis... je ne dirais pas inquiète, mais c'est comme un petit peu une ambivalence aussi.»

«Qu'est-ce qui fait qu'ils n'ont pas arrêté personne? Est-ce qu'ils ont vraiment quelqu'un en vue, mais ils ne peuvent pas rien faire, parce qu'il manque un élément? On ne le sait pas. Ils ne nous ont pas vraiment mis au courant non plus de ce dossier-là.»

«Personnellement, je trouve que c'est assez inquiétant de savoir que la personne est toujours en liberté.»

La police de Longueuil n'accorde pas d'entrevue à ce sujet. Mais l'inspecteur-chef aux enquêtes, Jean-François Robert, nie certaines informations selon lesquelles la preuve a été contaminée. L'enquête se poursuit, malgré ce nouveau revers du DPCP, mais la pilule est très difficile à avaler pour les policiers.

-D’après un reportage de Mélanie Bergeron

Dans la même catégorie

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.