/regional/sherbrooke/estrie

Une meilleure coordination des activités demandée

La Fédération des communautés culturelles de l'Estrie souhaite une meilleure coordination des activités et services entourant l'arrivée prochaine des réfugiés syriens.

L'organisme déplore ne pas avoir encore été approché par la Ville de Sherbrooke et va de l'avant avec une campagne pour recueillir des dons.

«Nous n'avons pas eu de communication avec la Ville. On ne peut pas attendre, il faut agir ! Nous souhaitons que les organismes puissent travailler ensemble», a expliqué Edwin Moreno, le président de la Fédération des communautés culturelles de l'Estrie.

L'organisme sollicite l'aide du public pour recueillir à son tour des dons. Meubles, vêtements d'hiver, électroménagers et appareils électroniques seront recueillis. Une invitation à faire des dons en argent aux organismes d'aide pour les réfugiés est aussi lancée.

La Fédération compte 19 associations affiliées. Les membres qui ont été accueillis à Sherbrooke souhaitent à leur tour aider les réfugiés qui arriveront bientôt.

«Après plus de 20 ans à aider les immigrants, on se demande aujourd'hui ce qu'on peut faire. Si quelqu'un veut faire des dons, il doit savoir où et comment le faire», a mentionné Jose Barrera, Chilien d'origine qui a fui le régime Pinochet et a immigré à Sherbrooke en 1977.

«Je faisais partie du groupe à qui on a donné les premiers cours de francisation, a-t-il ajouté. Aujourd'hui, les gens peuvent bénéficier d'une très bonne organisation».

Vendredi, le Service d'aide aux Néos-Canadiens de Sherbrooke fera le point sur la structure d'accueil qui est mise en place.