/news/politics

Très polluante, la nouvelle cimenterie McInnis

TVA Nouvelles

Le gouvernement Couillard aime se présenter comme un leader dans la lutte contre les changements climatiques. Toutefois selon notre Bureau d’enquête, le démarrage dans un an de la nouvelle cimenterie McInnis, à Port-Daniel, viendra annuler plusieurs années d’efforts dans la lutte coûteuse contre les gaz à effet de serre.

«Dès 2017, chez McInnis, notre demande d’énergie par tonne de ciment est moindre que l’objectif que s’est fixée l’industrie mondiale en 2050», dit Maryse Tremblay, porte-parole de Ciment McInnis.

Malgré cette performance, Ciment McInnis deviendra dans 12 mois le plus grand pollueur en gaz à effet de serre au Québec, même si encore aujourd’hui le premier ministre est convaincu qu’il fait tout pour l’environnement.

«Les gestes qu’on a posés font reconnaître clairement le Québec comme leader en matière de lutte aux changements climatiques», affirme le premier ministre Philippe Couillard.

«Je trouve ça très contradictoire et un peu hypocrite. Avec l’arrivée de la cimenterie, on perd tous les gains qu’on a faits au cours des cinq ou six dernières années», déplore le député de la CAQ de Nicolet-Bécancour, Donald Martel.

4 cents le litre

Depuis 2006, ça coûté au Fonds vert 1,3 milliard de dollars pour supprimer 3 millions de tonnes de gaz à effet de serre.

Or, à pleine capacité, la cimenterie McInnis émettra 1 760 000 tonnes de gaz à effet de serre.

Depuis janvier, avec le marché du carbone, les consommateurs paient 4 cents le litre et même 5 cents dans le cas du diesel, justement pour supprimer les gaz à effet de serre comme ceux qui seront émis par la nouvelle cimenterie McInnis.

Pour Hélène Lauzon, qui représente 250 entreprises, les nouvelles émissions de la cimenterie ne feront que rendre encore plus difficile l’atteinte des objectifs de réduction en 2020 et en 2030.

«D’ici 2020, l’objectif à atteindre, c’est 20%, et on est à 8%, explique Héléne Lauzon, présidente du Conseil patronal de l’environnement.

«On ne pense pas faire davantage que 8% sur le territoire du Québec, donc, ce n’est pas du tout réaliste qu’on puisse atteindre la cible de 20% d’ici 2020», souligne-t-elle.

-D'après un reportage de Michel Morin

Dans la même catégorie