/news/law

Plusieurs facteurs à considérer pour la sentence de Turcotte

TVA Nouvelles

Guy Turcotte est derrière les barreaux. Reconnu coupable de deux meurtres non prémédités, il est condamné à la prison à vie. Il devra attendre un minimum de 10 ans avant de demander une libération conditionnelle, au maximum 25 ans.

«Et le 25 ans, qui est un extrême, ça s'applique pour le pire des crimes, pour le pire des criminels», mentionne Me Walid Hijazi, avocat criminaliste.

Pour en venir à imposer un temps minimum à purger avant de demander une libération conditionnelle, le juge va entendre les arguments des avocats.

«Il n'existe pas de précédent pour un meurtre au deuxième degré ou on a imposé 25 ans avant de pouvoir obtenir la libération conditionnelle», poursuit M. Hijazi.

Plusieurs facteurs sont toutefois à considérer, certains aggravants.

«Il y a plusieurs facteurs atténuants qui militent également en sa faveur, le fait qu'il n'avait pas d'histoire de violence auparavant, qu'il n'a pas d'antécédents judiciaires, qu'il y a un élément de maladie mentale dans son esprit, qui a été diagnostiqué par tous les psychiatres qui étaient présents à la cour», dit Me Hijazi.

Les 27 mois que Guy Turcotte a déjà passés en prison devraient aussi être retranchés lors d'une éventuelle demande de libération.

«On a certaines craintes parfois, mais je vous dirais qu'on n'a jamais cessé d'avoir confiance. On y croyait», soutient Me René Verret, procureur aux poursuites criminelles et pénales.

Vingt-quatre heures après le prononcé du verdict, la pression est retombée pour l'équipe de procureurs de la Couronne.

«Pour nous, ce qui est important, c'est que la défense qui a été présentée ne soit pas retenue, souligne Me Verret. C'est ce qu'il faut conclure des verdicts des jurés, donc ils n'ont pas retenu cette défense-là qui a été présentée. Ils ont conclu également - c'est important - donc que Guy Turcotte avait l'intention de causer la mort de ses enfants.»

Les représentations sur sentence auront lieu la semaine prochaine, le 18 décembre.

-D'après un reportage de Mathieu Belhumeur

Dans la même catégorie