/news/law

«Les gens ne peuvent pas comprendre comment j’ai honte», dit Turcotte

Michaël Nguyen

 - Agence QMI

Contrairement à ce que la Couronne croit, Guy Turcotte assure qu’il a honte des meurtres qu’il a commis.

«On parle que je n’ai pas honte, mais les gens ne peuvent pas comprendre comment j’ai honte, je n’ose pas regarder les gens dans les yeux», a lancé l’ex-cardiologue juste avant la fin des représentations sur la peine minimale qu’il devra purger, vendredi.

Turcotte, 43 ans, n’avait pourtant pas prévu de témoigner. Ce n’est qu’une fois le tout fini qu’il a finalement accepté l’invitation du juge André Vincent à prendre la parole.

L’ex-cardiologue, qui a tué de 46 coups de couteau ses enfants de 3 et 5 ans Anne-Sophie et Olivier, s’est également adressé directement à Isabelle Gaston.

«Le procès n’était pas pour que tu te sentes responsable, je voulais juste montrer comment j’étais au fond du baril, a-t-il dit. Je n’ai jamais voulu te faire mal.»

Le meurtrier a d’ailleurs affirmé avoir «beaucoup de misère» avec ses gestes meurtriers.

«Je ne me pardonnerai jamais», a-t-il conclu.

Incorrect or missing Brightcove Settings

La Couronne veut 20 ans

Rappelons que Turcotte, 43 ans, a automatiquement écopé de la prison à vie lorsqu’il a été reconnu coupable des meurtres non prémédités de ses enfants.

Reste toutefois à déterminer le nombre d’années qu’il devra purger avant d’être autorisé à faire une demande de liberté sous conditions, d’où l’audience de ce vendredi. Cette période peut varier entre 10 et 25 ans.

Pour la Couronne, Turcotte devrait purger au moins 20 ans au pénitencier.

«Il a tué délibérément sa chair, son sang», a plaidé Me René Verret de la poursuite ce vendredi au palais de justice de Saint-Jérôme.

Pour le procureur, il n’y a aucune circonstance atténuante dans cette triste affaire.

«C’est difficile d’imaginer des circonstances plus graves, plus sérieuses, plus horribles que le présent cas», a-t-il poursuivi.

Car l’ex-cardiologue de 43 ans avait intentionnellement tué ses enfants Anne-Sophie et Olivier le 20 février 2009 à Piedmont, dans les Laurentides.

«Dans une société comme la nôtre, si une chose est incompréhensible, c’est qu’un homme enlève la vie de ses enfants, a ajouté Me Verret. Il gagnait bien sa vie, il faisait partie du 1 ou 2 %. Il est bien entouré de sa famille, qui le soutient.»

Entre 10 et 15 ans, demande la défense

La défense, de son côté, a réclamé une peine minimale «de moins de 15 ans, et plus proche de 10 ans que 15».

Me Pierre Poupart a rappelé que Turcotte n’a pas d’antécédents criminels.

«Toute sa vie, il devra vivre avec les conséquences tragiques de ses gestes, j’espère qu’il y a dans cette société une place pour la compassion», a ajouté l’avocat tout en rappelant que Turcotte sera suivi toute sa vie par les services correctionnels.

Et même s’il est un jour libéré, il pourrait bien retourner derrière les barreaux si sa conduite n’est pas exemplaire.

Turcotte pourrait même redevenir une personne utile pour la société, croit son avocat.

«Il n’est pas que la personne qui a causé la mort de ses enfants», a plaidé Me Poupart.

Le juge André Vincent rendra sa décision le 15 janvier prochain, au palais de justice de Saint-Jérôme.

Dans la même catégorie