/news/society

À 24 ans, il doit vivre dans un CHSLD

TVA Nouvelles

Un jeune homme de 24 ans qui a l'âge mental d'un enfant de quatre ans doit vivre au milieu d'aînés dans un CHSLD parce qu'il n'existe aucune autre ressource pour lui. L'an dernier, on avait pourtant promis à son père qu'un centre pour des jeunes comme lui verrait le jour, mais c'est resté lettre morte.

Robert Rathier, le père de Charles-Olivier, lutte depuis deux ans pour que son fils puisse aller dans un centre adapté à sa condition.

Charles-Olivier, qui a de multiples handicaps, vivait dans une famille d'accueil, une ressource intermédiaire depuis une dizaine d'années.

Éventuellement, il a fallu le transférer dans un CHSLD, seul endroit où l'on pouvait s'occuper de lui. Il vit désormais uniquement avec des personnes âgées parce qu'on n'a pas d'autre endroit où l'envoyer.

L'an dernier, le Centre de services sociaux a dit qu'un centre pour jeunes serait créé, mais il n'a jamais vu le jour. M. Rathier vient de recevoir une lettre d'un sous-ministre qui lui promet un projet semblable, mais pour le printemps prochain.

Tant que ça ne sera pas fait, il n'y croira pas, mais il craint également qu'on envoie Charles-Olivier dans un centre où il n'y aura pas assez de préposés. 

«T'as trois préposés pour 40 résidents. On parle de 40 résidents non autonomes, là. Est-ce que ça va être comme un CHSLD pareil? Des bains aux semaines, tu sais, des choses comme ça?», s'interroge-t-il.

Au Québec, 37 000 personnes vivent dans les CHSLD. De ce nombre, 10% sont des personnes de moins de 64 ans. En tout, il y en a 48 qui, comme Charles-Olivier, ont moins de 24 ans.

Dans la même catégorie