/news/world

Des festivités mondiales sous haute sécurité face au risque d'attentats

La Nouvelle-Zélande et l'Australie, suivies par l'Asie, ont lancé les célébrations du Nouvel An, le reste du monde se préparant à des festivités sous haute sécurité face aux risques d'attentats, en particulier en Europe après les attaques de Paris en novembre.

Sydney, décalage horaire oblige, a ouvert la série des feux d'artifice marquant le passage à l'an 2016, avec un spectacle géant au-dessus de l'Opéra et du Harbour Bridge.

À Hong Kong, des dizaines de milliers de personnes se sont rassemblées de part et d'autre de l'emblématique Victoria Harbour pour assister à un somptueux feu d'artifice.

Mais à Bruxelles, où les festivités ont été annulées par mesure de précaution, six nouvelles personnes ont été interpellées jeudi à la suite de menaces d'attaques imminentes.

«Il vaut mieux ne pas prendre le risque», avait expliqué le maire de Bruxelles, Yvan Mayeur, en annonçant mercredi l'annulation pure et simple du feu d'artifice prévu au centre-ville.

Dès mardi, deux hommes avaient été inculpés : ils prévoyaient de viser des «lieux emblématiques» de la capitale belge, où siègent également l'Union européenne et l'OTAN.

La France encore sous le choc des attentats du 13 novembre (130 morts) prévoit un déploiement massif de plus de 100.000 policiers et gendarmes à travers le pays. «Une mobilisation exceptionnelle», a expliqué le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve.

La traditionnelle célébration du Nouvel An a été maintenue sur les Champs-Elysées, mais sous le signe de la sobriété, sans le traditionnel feu d'artifice, et sous la surveillance de 1600 membres des forces de l'ordre.

«Après ce que notre ville a vécu, nous devons envoyer au monde un signal : Paris est debout», avait expliqué au Journal du dimanche la maire de la ville, Anne Hidalgo.

Le président François Hollande devait se dire «déterminé à tout faire pour protéger les Français», dans des voeux télévisés empreints de «gravité et de solennité», selon son entourage.

Il devait se rendre en début de soirée au PC sécurité des Champs-Elysées, situé à deux pas du palais présidentiel.

Un peu partout dans le monde, le passage en 2016 s'accompagne également de mesures de sécurité drastiques.

C'est le cas de Jakarta où les autorités indonésiennes viennent de déjouer un projet d'attentat suicide prévu pour la nuit de la Saint-Sylvestre.

En Turquie, où un attentat suicide aurait aussi été déjoué à Ankara, les forces de l'ordre ont été placées en alerte maximale.

Les capitales d'Europe sont particulièrement surveillées, car, «une menace générale» pèse «sur l'ensemble des capitales européennes avec des messages de Daech qui sont envoyés», a expliqué M. Cazeneuve, tout en assurant qu'il n'y avait «pas de menace précise».

«Toute la communauté internationale est menacée (...) mais je ne crois pas qu'il y ait lieu de s'alarmer ni d'avoir des craintes excessives», a renchéri le ministre espagnol de l'Intérieur, Jorge Dernandez Diaz.

À Madrid, la police limitera à 25.000 le nombre de personnes autorisées à aller sur la Puerta del Sol.

À Moscou, l'emblématique Place Rouge, lieu de rassemblement pour le Nouvel An, sera cette année pour la première fois fermée au public au moment du réveillon, là encore en raison de crainte d'attentats.

À Londres, quelque 3000 policiers seront mobilisés dans le centre-ville, où le feu d'artifice sera tiré sur les bords de la Tamise.

La police italienne va également augmenter de 30% des effectifs en service pour cette nuit, sans toutefois faire état d'une menace précise.

Malgré ces menaces, des foules devraient encore descendre dans les rues en Asie, au Proche-Orient, en Afrique, en Europe et finalement en Amérique, pour célébrer les douze coups de minuit.

À Berlin, un million de personnes sont attendues porte de Brandebourg pour une grande fête de rue.

Le spectacle «s'améliore chaque année», a assuré avec satisfaction la maire de Sydney, Clover Moore, avant le tir de sept tonnes d'engins pyrotechniques pour un coût de 7 millions de dollars australiens (4,2 millions d'euros).

Au Caire, où on cherche désespérément à faire revenir les touristes, d'importantes célébrations sont prévues devant les pyramides, avec de nombreux artistes invités.

Dans la bande de Gaza voisine, le groupe islamiste palestinien Hamas a toutefois interdit les fêtes du Nouvel An dans les lieux publics en invoquant un islam rigoriste.

Et un énorme incendie s'est déclaré dans la soirée dans un gratte-ciel de Dubaï, juste avant les célébrations du Nouvel An.

Freetown, capitale de la Sierra Leone, pays d'Afrique de l'Ouest récemment sorti d'une épidémie d'Ebola responsable de milliers de morts, fera tout pour redevenir une ville festive. «Pour ce réveillon, je vais danser et faire la fête jusqu'au chant du coq», promet Franklyn Smith, un habitant de 35 ans.

À New York, un million de personnes sont attendues, avec un important dispositif de sécurité, sur Times Square, où se produiront notamment Demi Lovato et Jessie J.

Deux millions de personnes sont attendues sur la plage de Copacabana à Rio de Janeiro, pour commencer une année 2016 sous le signe des jeux Olympiques.

Dans la même catégorie

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.