/news/politics

L'Assemblée nationale doit être du processus, dit la CAQ

 - Agence QMI

POL-POL-PARLEMENT-JOUR

CHARLES-A. GAGNON/AGENCE QMI

L'Assemblée nationale doit prendre part au processus de nomination des sénateurs québécois, selon la Coalition avenir Québec.

Le député caquiste Benoît Charette a laissé entendre vendredi que la formule mise de l'avant par le gouvernement Trudeau pour pourvoir les cinq postes vacants à la chambre haute n'est pas légitime.

En décembre, le ministre québécois Jean-Marc Fournier a proposé au fédéral la création d'un comité de sélection formé de trois personnes désignées par Québec et de trois personnes désignées par Ottawa pour recommander les candidatures. Le premier ministre du Canada conserverait toutefois sa prérogative de choisir la candidature retenue.

Les troupes de François Legault accusent le gouvernement d'avoir renoncé à défendre la spécificité et les intérêts du Québec.

«La proposition du Parti libéral est un recul historique», a affirmé le député caquiste Simon Jolin-Barrette. Lorsque vient le temps de défendre le caractère identitaire et distinct de la nation québécoise, le premier ministre du Québec est absent et c'est le Québec qui en souffre».

En attendant des modifications constitutionnelles pour pouvoir réformer en profondeur ou abolir le Sénat, l'Assemblée nationale doit avoir son mot à dire pour la nomination des sénateurs, a-t-il plaidé.

Dans la même catégorie

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.