/finance/homepage

Bougie d’allumage pour stimuler les ventes du printemps

Denise Proulx | Argent

Deux premières nord-américaines et plus de 48 premières canadiennes seront les points forts du nouveau Salon international de l’auto qui s’ouvre aujourd’hui aux médias et vendredi au grand public.

Avec ses 200 000 visiteurs, le Salon de l’automobile de Montréal est l’une des meilleures bougies d’allumage pour stimuler les ventes de véhicules des mois à venir. Le Salon accueillera cette année quelques 43 exposants de marque d'automobiles et autres véhicules légers, ainsi que 37 exposants connexes de services complémentaires à l'automobile.

Le Palais des congrès anticipe la venue de 200 000 visiteurs. Le billet d’entrée se vend entre 13 $ et 16 $ par adulte ou 38 $ pour une famille de deux adultes et deux enfants, taxes incluses.

Plein les yeux pour les visiteurs

Deux premières nord-américaines (Mercedes et Subaru) seront annoncées. Les visiteurs pourront également voir la rutilante Pagani Huayra. Pour les mordus de la voiture, le Salon offre un emplacement spécial pour voir les essais routiers Coups de cœur et les essais de véhicules électriques CAA-Québec.

Retombées financières

Bien que personne ne soit en mesure d’identifier clairement les retombées financières d’un tel évènement. Pur les concessionnaires automobiles, c’est l’occasion de l’année pour prendre le pouls de l’humeur des consommateurs dans leurs achats à venir.

Du côté du Palais des congrès de Montréal, le Salon de l’auto est le premier événement majeur de la saison qui lance l’année des congrès et sommets de toute sorte à Montréal.

« C'est une exposition publique, nous ne faisons pas le calcul des retombées économiques de l'activité », explique la porte-parole du Palais des congrès, Amélie Asselin.

Par contre, elle reconnaît que le Palais des Congrès prend part aux profits générés par la vente des billets, en plus de la location des salles et des services de restauration.

Ni Tourisme Montréal, ni l’Association des restaurateurs du Québec ne compilent non plus les possibles retombés économiques pour leur secteur d’activités. Quant aux hôteliers, ils ne misent pas réellement sur l’activité, puisque les concessionnaires automobiles délèguent sur le plancher du Salon la plupart de leurs vendeurs montréalais.

Par comparaison, le Salon de l’auto de Québec qui se tient un peu plus tard en saison (du 1er au 6 mars en 2016), attire 75 000 personnes.

Dans la même catégorie