/news/law

«Ça fait un petit bout que dans ma tête il n’existe plus»

TVA Nouvelles

«Ça fait un petit bout que dans ma tête il n’existe plus.»

C’est ainsi qu’a réagi Isabelle Gaston à la suite de la décision judiciaire de ce matin, qui forcera Guy Turcotte à rester 17 ans en prison avant de pouvoir faire une demande de libération conditionnelle.

En entrevue à LCN, la mère d’Olivier et d‘Anne-Sophie a exprimé le souhait de tourner la page.

«Je souhaite qu’on ferme la porte à tout jamais. Pour moi le chapitre et le livre sont fermés», a-t-elle déclaré, se disant très satisfaite de la sentence imposée.

Le 6 décembre 2015, l’ex-cardiologue a été reconnu coupable des meurtres de ses deux enfants, en février 2009. Un drame qui a semé l’émoi dans tout le Québec.

Sentence appropriée

«S’il avait eu une trop petite sentence, je crois que ça m’aurait frustrée», admet-elle.

Absente de la cour, ce matin, Isabelle Gaston avoue être plus sereine depuis le verdict contre son ex-mari. «J’ai retrouvé ma joie de vivre», témoigne-t-elle. Elle n’a pas demandé à être informée du processus judiciaire.

«On dit souvent que le verdict, ça ne change rien. Mais pour bien des victimes, ça peut faire une différence dans leur cheminement.

Elle livre le message suivant à la population : «Prenez du temps pour aimer vos proches, passez du temps avec eux. Et vivez les petits bonheurs au quotidien.»

Mme Gaston ne veut pas vivre dans le passé. «J’ai des projets qui pourront maintenant prendre toute leur place», conclut-elle.

Regardez l'entrevue complète d'Isabelle Gaston dans les deux vidéos ci-dessus (LCN et TVA 17h).

Dans la même catégorie