/news/world

Ouagadougou: le bilan s'élève à 29 morts et au moins 30 blessés

Romaric Ollo Hien | Agence France-Presse

Vingt-neuf personnes, dont de nombreux étrangers, ont été tuées lors d'un raid jihadiste contre un hôtel et un restaurant de Ouagadougou, la capitale du Burkina Faso, une attaque d'une ampleur inédite dans ce petit pays d'Afrique de l'Ouest.

Dans un nouveau bilan, le ministre de la Sécurité intérieure, Simon Compaoré, parlait samedi soir de 29 tués et une trentaine de blessés. Par ailleurs «176 personnes ont pu être secourues», a-t-il dit. Parmi les rescapés figure le ministre du Travail Clément Sawadogo.

La plupart des tués sont des Blancs, a indiqué une source proche du parquet, selon laquelle au moins cinq Burkinabés figurent aussi parmi les victimes. Ces dernières seraient de 18 nationalités différentes, d'après une source sécuritaire burkinabè. Deux Français et deux Suisses font partie des morts, ont annoncé respectivement les autorités de ces deux pays.

Les corps de trois jihadistes ont été identifiés, tous des hommes, a précisé dans la soirée Simon Compaoré. Une source sécuritaire avait auparavant évoqué la présence d'au moins quatre jihadistes, dont deux femmes. Le ministre de la Sécurité intérieure a précisé que les assaillants étaient «très jeunes» -«le plus âgé ne doit pas avoir plus de 26 ans»- et qu'ils étaient arrivés à bord de véhicules immatriculés au Niger.

Ils ont péri au cours de l'assaut des forces de l'ordre, qui s'est achevé en fin de matinée, après une douzaine d'heures d'opérations.

L'action a été revendiquée dans la nuit par le groupe jihadiste Al-Qaïda au Maghreb Islamique (Aqmi), qui l'a attribuée au groupe Al-Mourabitoune du chef jihadiste Mokhtar Belmokhtar, selon SITE, une organisation américaine qui surveille les sites internet islamistes.

Par ailleurs, un couple d'Australiens a été enlevé vendredi dans le nord du Burkina Faso,un rapt revendiqué samedi par un responsable du groupe jihadiste malien Ansar Dine. Selon lui, les deux étrangers sont aux mains de jihadistes appartenant à «l'Émirat du Sahara», un groupe lié à Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi).

L'attaque de Ouagadougou a débuté par l'irruption vendredi à 19H45 de plusieurs assaillants dans l'hôtel Splendid, un établissement de luxe de 147 chambres situé au coeur de Ouagadougou et fréquenté par des Occidentaux et des employés des Nations unies.

Un journaliste de l'AFP a pu distinguer au début de l'attaque trois hommes armés et enturbannés, un témoin indiquant de son côté avoir vu quatre assaillants «enturbannés et de type arabe ou blanc».

Un premier assaut a été donné par les forces burkinabè, soutenues par des militaires français, vers 2h. Les environs de l'hôtel se sont transformés en champ de bataille, avec de nombreux véhicules en flammes et la façade de l'hôtel en feu.

À l'aube, l'assaut s'est poursuivi en face de l'hôtel dans le café-restaurant Cappuccino, également lieu de rendez-vous de la communauté expatriée.

Pendant ces échanges de tirs, des clients sont parvenus à quitter l'hôtel Splendid par des portes latérales.

«C'est horrible, les gens étaient couchés et il y avait du sang partout. Ils tiraient sur les gens à bout portant», a expliqué Yannick Sawadogo, un des rescapés de l'hôtel. «On les entendait parler et ils marchaient autour des gens et tiraient encore sur des personnes qui n'étaient pas mortes. Et quand ils sont sortis, ils ont mis le feu, on a profité de leur départ pour sortir par les fenêtres brisées», a-t-il ajouté.

Des militaires français ont appuyé les forces de sécurité burkinabè, a indiqué l'ambassadeur de France Gilles Thibault. Paris et Washington, deux alliés clés du Burkina Faso, ont condamné l'attaque, ainsi que l'Union européenne et le Royaume-Uni.

Des forces spéciales françaises sont stationnées dans la banlieue de Ouagadougou dans le cadre de la lutte anti-jihadiste dans le Sahel. Washington dispose également de 75 militaires dans le pays, et a indiqué apporter un soutien aux forces françaises dans l'opération.

Cette attaque constitue un défi pour le pouvoir du président Roch Marc Christian Kaboré, récemment élu après une transition chaotique. Il a appelé le peuple burkinabè au «courage», à la «vigilance», et un deuil national de 72 heures sera observé à partir de dimanche.

«Il y avait des signes avant-coureurs (...) C'était une question de temps avant que cela n'arrive», analyse Cynthia Ohayon, experte à l'International Crisis Group (ICG), pour qui cette attaque vise clairement le symbole démocratique incarné dans la région par le Burkina Faso.

Le Burkina, «point d'appui permanent» de l'opération militaire française Barkhane, a déjà été la cible de plusieurs opérations jihadistes ces derniers mois. Pays à majorité musulmane, il a été touché pour la première fois de son histoire par le jihadisme en 2015. Plusieurs attaques, dont la plus spectaculaire a coûté la vie à trois gendarmes et un civil en octobre, se sont produites près de la frontière avec le Mali.

C'est au Mali que le 20 novembre, des jihadistes ont investi l'hôtel Radisson Blu de Bamako où ils ont tué 20 personnes, dont 14 étrangers, une opération revendiquée par deux groupes jihadistes, Al-Mourabitoune, puis par le Front de libération du Macina (FLM, mouvement jihadiste malien).