/news/world

Six Québécois tués dans l'attentat au Burkina Faso

Quatre membres d'une famille de Lac-Beauport périssent

Nicolas Saillant | Agence QMI

Attentat jihadiste à Ouagadougou: chronologie des événements

Une famille de Lac-Beauport partie au Burkina Faso en voyage d’aide humanitaire a été assassinée lors du raid djihadiste survenu à Ouagadougou vendredi.

Selon nos informations, Yves Carrier, sa conjointe Gladys Chamberland, leur fils Charlelie Carrier et sa demi-sœur Maude Carrier sont parmi les six victimes québécoises qui ont été tuées lors d’un raid terroriste contre un hôtel et un restaurant de Ouagadougou, la capitale du Burkina Faso.

Louis Chabot, un ami des Carrier, serait la cinquième victime identifiée.

Un sixième Québécois, membre du même groupe de bénévoles, a aussi péri dans l’attentat.

Téléréalité

La famille de Lac-Beauport, près de Québec, avait charmé beaucoup de téléspectateurs en 2011 lorsqu’elle avait participé à l’émission de téléréalité «Mon plan Rona», durant laquelle trois familles devaient rénover leur propre résidence.

Habiles de leurs mains et fonceurs, les Carrier étaient arrivés à Ouagadougou la veille de Noël et avaient pour projet de construire une école dans le village de Kangoussi, à une centaine de kilomètres au nord de la capitale.

Yves Carrier en était à son quatrième voyage au Burkina Faso. Avec l’aide de sa femme et ses enfants, il faisait des activités de financement ici pour aller redonner directement dans ce pays d’Afrique.

Ils étaient de retour dans la capitale burkinabée vendredi en prévision de leur vol de retour. Les six bénévoles étaient notamment membres du groupe Facebook les Amis du Burkina Faso 2016.

«Ouvert sur le monde»

La sanglante attaque aurait été perpétrée par au moins quatre djihadistes de «très jeune» âge, selon les autorités.

Le groupe terroriste Al-Qaïda a revendiqué l’attentat. Les terroristes ont fait irruption dans l’hôtel vers 19 h 45.

La famille Carrier était connue de plusieurs résidents de Lac-Beauport. Les Carrier résidaient sur la rive du lac. La nouvelle, qui s’est répandue tard hier soir, a semé la consternation chez leurs amis.

«Il voulait tellement aider les autres, il était tellement ouvert sur le monde, a mentionné hier Danny Gauthier, un ami de la famille, au sujet d’Yves Carrier. C’est ironique, c’est toujours aux gens qui sont les plus sympathiques et sans préjugés que ça arrive.»

Yves Carrier, un directeur d’école à la retraite, était accompagnateur de voyage pour l’agence Incursion-Voyages depuis 2005. Sa conjointe, Gladys, travaillait au ministère des Ressources naturelles et de la Faune.

Cette dernière avait récemment publié sur son mur Facebook une vidéo faisant état des faibles chances d’être victime d’un attentat terroriste en voyage. Le couple était grand amateur de voyages.

Maude Carrier était mère de jeunes enfants de trois et cinq ans. Son conjoint était resté à Québec avec ceux-ci. Le demi-frère de Maude, Charlelie, âgé de 19 ans, était toujours aux études en plus d’être moniteur de camp de jour.

«Profondément attristés»

C’est le bureau du premier ministre du Canada Justin Trudeau qui a le premier annoncé par voie de communiqué en fin d’après-midi samedi que six Canadiens étaient morts dans l’attentat. Le ministère des Relations internationales du

Québec a ensuite confirmé à l’Agence QMI qu'il s'agissait de six Québécois.

Quatre des six victimes québécoises étaient des touristes membres d'une même famille originaire de Lac-Beauport dans la région de Québec.

«Au nom de tous les Canadiens, nous offrons nos plus profondes condoléances aux familles, aux amis et aux collègues de toutes les personnes tuées, ainsi qu’un prompt rétablissement à toutes celles qui ont été blessées, a déclaré M. Trudeau. Nous sommes profondément attristés par ces gestes insensés de violence contre des civils innocents.

«Nous avons offert aux autorités burkinabées de les assister au cours de l’enquête sur ce crime terrible.»

Le premier ministre a par ailleurs déclaré que le Canada condamne au plus haut point cet attentat meurtrier.

Son homologue québécois, Philippe Couillard, a réagi en soirée.

«Rien ne peut expliquer des actes d’une telle lâcheté et gratuité. Au nom du peuple québécois, j’offre mes plus sincères condoléances aux familles et aux proches des victimes et souhaite un prompt rétablissement aux personnes blessées», a dit M. Couillard également dans un communiqué.

«Jamais nous n’accepterons ces manifestations de violence barbare, perpétrées dans le but de terrifier la population burkinabé et les étrangers. De concert avec le gouvernement du Canada et l’Organisation internationale de la Francophonie, nous exprimons notre solidarité avec le peuple burkinabé et ses dirigeants», a également dit le premier ministre du Québec, Philippe Couillard.

- Avec la collaboration de Sarah Boucher et l'Agence France-Presse

Lisez le communiqué publié par le cabinet du premier ministre Justin Trudeau ici.

 

Dans la même catégorie