/news/world

Horreur à Ouagadougou

TVA Nouvelles

Attentat jihadiste à Ouagadougou: chronologie des événements

Patrick Gagnon, un Québécois qui travaille à Ouagadougou, a été bien chanceux.  Il a quitté son bureau situé tout près du lieu de l’attentat qui a fait 29 morts moins d’une heure avant le drame.

«Mon bureau est à un peu moins de cent mètres du Cappuccino, donc on est partis entre 17h30 et 18h pour rentrer et c’est rendu à la maison que j’ai découvert ce qui s’était passé», a-t-il raconté en entrevue à TVA Nouvelles.

Sécuritaire?

M. Gagnon, qui habite près du siège de la présidence du pays, assure toutefois ne pas craindre pour sa sécurité.

«Les militaires sont actuellement dans les rues pour sécuriser les maisons des ministres et du président donc pour ce qui est de chez-nous, je vous dirais que c’est très sécuritaire»

Patrick Gagnon a expliqué que la tension reste tout de même très vive au centre-ville de Ouagadougou.

«Pour ce qui est du centre-ville, c’est vraiment quadrillé, on ne peut pas entrer dans le périmètre qu’ils ont érigé [...] tout le monde est sur le qui-vive, le gouvernement demande à tout le monde de rester à la maison justement pour ça»

Impacts majeurs

«Pour le Burkina Faso, c’est la pire chose qui pourrait arriver, le gouvernement vient de se relever d’un récent coup d’État alors ça va être difficile pour l’économie du pays au cours des prochaines semaines et des prochains mois»

 

 

Dans la même catégorie