/news/world

«C'est sur toutes les lèvres», dit un Québécois au Burkina Faso

TVA Nouvelles

Le Québécois Patrick Gagnon travaille à quelques mètres de l’Hôtel Splendid et du Café-restaurant Cappuccino à Ouagadougou. Deux jours après l’attentat qui a fait 29 morts, dont six Québécois, c’est l’incompréhension dans ce quartier fréquenté par plusieurs étrangers.

«L’ambiance était un peu plus calme qu’hier matin, alors que c’était en train de se terminer», lance M. Gagnon au bout du fil, affirmant tout de même que «c’est sur toutes les lèvres».

Ayant évité de peu le carnage de vendredi soir après avoir quitté son bureau qui se trouve à quelques mètres des commerces visés, Patrick Gagnon croit que les étrangers au Burkina Faso ne doivent pas céder à la panique, même si la vigilance est de mise.

«Les gens en parlent, mais c’est sûr qu’il faut que la vie continue. Il faut faire attention dans nos déplacements, surtout en tant que Blanc. Ces gens-là cherchaient à frapper un endroit où les Occidentaux se trouvaient et ils ont réussi leur coup», dit-il tristement.

Si pour le moment, les questionnements concernent la sécurité des ressortissants occidentaux au Burkina Faso, la situation pourrait devenir plus complexe si une menace terroriste devenait plus présente dans certains pays de l’Afrique de l’Ouest.

«Ça change beaucoup de choses à court terme, surtout en ce qui concerne l’aide humanitaire. Il y a beaucoup de Canadiens qui viennent faire du travail humanitaire ici, il y a beaucoup d’investissements qui sont faits dans le pays. Ce sera une remise en question pour les partenaires financiers qui veulent venir ici», estime ce travailleur du secteur minier.

Vendredi soir, des assaillants ont pris d’assaut des restaurants et hôtels de Ouagadougou, faisant plusieurs otages. Le drame s’est terminé en avant-midi samedi après plusieurs assauts des forces burkinabées. Au total, 29 personnes sont mortes dont six Québécois, deux Français et deux Suisses.

L'attaque a été revendiquée par Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), qui l'a attribuée au groupe Al-Mourabitoune du chef jihadiste Mokhtar Belmokhtar, selon SITE, une organisation américaine qui surveille les sites internet islamistes.

Dans la même catégorie