/regional/quebec/quebec

«Nous voulons des mesures exceptionnelles» - Frédéric Carrier

TVA Nouvelles

L’un des fils d’Yves Carrier, Frédéric, a eu l’engagement du gouvernement fédéral que les corps des six Québécois seront rapatriés.

«J’ai eu une conversation avec le premier ministre Justin Trudeau et il m’a assuré que tout sera fait pour le retour des corps. Je voulais en avoir l’assurance pour alléger nos souffrances parce que pour des personnes exceptionnelles, on prend des mesures exceptionnelles», dit-il en entrevue à TVA Nouvelles.

Il ne connaît pas encore la date du retour puisque l’enquête se déroule en ce moment que 18 gouvernements tentent de rapatrier les corps des victimes et demandent une enquête internationale sur l’attentat terroriste qui a fait 30 morts au centre-ville de la capitale du Burkina Faso.

«Ça pourrait être aujourd’hui comme dans quatre semaines»,poursuit-il.

Un baume sur nos plaies

M. Carrier a remercié la communauté de la Lac-Beauport pour leur soutien. Des dizaines de citoyens s’étaient déplacés au club nautique pour rendre hommage aux six victimes.

 «J’habite à moins de deux minutes de la résidence de mon père et le club nautique est entre nos deux maisons», concède M. Carrier.

Le premier ministre Philippe Couillard et des députés de la région se sont joints aux citoyens pour offrir leurs condoléances.

«C’est surprenant de voir autant de monde. Je suis bien heureux de voir le support de notre communauté et de voir que mon père et Gladys ont marqué la communauté», avait dit Frédéric, lundi soir.

Les hommages se sont poursuivis aujourd'hui avec une minute de silence qui a été observée par les élèves et le personnel des écoles de la commission scolaire de la Capitale.

Maude Carrier enseignait à l'école Cardinal-Roy et son père Yves Carrier était directeur adjoint retraité de l'école secondaire Jean-de-Brébeuf.

Dans la même catégorie