/regional/montreal/monteregie

Interdiction des pitbulls à Bromont: un règlement controversé

TVA Nouvelles

À Bromont, l'adoption d'un règlement interdisant la venue de nouveaux chiens de race pitbull et ses croisements sur son territoire n'a pas mis de temps à soulever une vague de contestation.

Depuis son adoption il y a une semaine, plus de 600 personnes ont signé une pétition demandant aux élus de faire marche arrière. Les opposants disent que rien ne justifie pareille réglementation.

Chaque fois qu'une municipalité adopte un règlement interdisant les chiens de race pit-bulls sur son territoire, le sempiternel débat sur la dangerosité de cet animal est relancé: «Il y a eu des cas où des enfants ont été gravement blessés, c'est connu, et c'est ce qui nous a incités à agir» a souligné la mairesse, Pauline Quinlan.

«Il n'y avait aucune urgence d'agir, je pense que la ville a simplement décidé d'imiter les autres municipalités qui ont adopté des règlements semblables», rétorque Valérie Forest, vétérinaire-propriétaire de la clinique Animavet de Bromont.

Contrairement à la cinquantaine d'autres villes qui les banissent, Bromont concède un droit acquis aux propriétaires actuels; la réglementation ne s'applique qu'à ceux qui veulent en acquérir un ou ceux qui en possèdent un et veulent s'établir dans la municipalité.

À Bromont, comme à Drummondville il y a quelques années, ceux qui se portent à la défense de cette race de chiens disent que les élus agissent par ignorance en légiférant ainsi et basent leur réflexion sur des préjugés.

«Oui par leur stature, ils causent plus de dommages qu'un petit chien quand ils mordent, ça va de soi. Mais toutes proportions gardées, ils sont moins souvent impliqués dans des agressions que plusieurs autres races de chiens. L'agressivité, c'est 30% seulement du gène dans un chien, l'autre 70% provient de l'éducation qu'on lui donne» renchérit Mme Forest.

La mairesse fait preuve d'une certaine ouverture; des modifications au règlement pourraient toujours être apportées au besoin.

Le Club Canin est content de l'entendre puisqu'il existe d'autres moyens de prévention selon ses membres.

Le débat devrait donc se poursuivre lors de la prochaine assemblée du conseil municipal.