/regional/montreal/montreal

«On dilapide des fonds publics»

Agence QMI

Le patron d’Uber au Québec déplore la nouvelle saisie, jeudi soir, de 17 véhicules de chauffeurs oeuvrant pour l’entreprise de covoiturage.

«On dilapide des fonds publics», estime le directeur général d’Uber pour le Québec, Jean-Nicolas Guillemette, soulignant qu’il faut des inspecteurs du Bureau du taxi, des agents du Service de police de la Ville de Montréal, en plus du personnel judiciaire pour traiter le dossier et sa contestation par l’entreprise. «Tout ça ne fait pas avancer le dossier.»

La saisie a eu lieu en marge du festival de musique électronique Igloofest, avec lequel Uber avait un partenariat. En raison de la saisie, le partenariat entre le festival et l’entreprise a été annulé.

«On est arrivé à un point où l’administration Coderre décide de s’attaquer à des gens en état d’ébriété, qui font un choix responsable pour retourner chez eux», a déclaré M. Guillemette. «On dépasse les limites, ce n’est pas pour le bien-être de la population, mais pour le bien-être de l’industrie privée.»

Le directeur général soutient qu’il veut s’asseoir avec l’administration municipale, mais que ses demandes sont restées lettre morte auprès de l’hôtel de ville.

«Il faut que ce soit règlementé, on veut travailler dans ce sens-là, explique M. Guillemette. On prend du retard, on repousse le problème vers l’avant, et le dossier stagne.»

Dans la même catégorie