/news/politics

Le vrai test commence lundi pour le gouvernement Trudeau

TVA Nouvelles

Si le premier ministre Justin Trudeau profite toujours de sa lune de miel postélectorale, le vrai test est sur le point de commencer alors que les partis fédéraux reprennent leurs activités lundi après une pause de six semaines.

Le plus gros défi de Justin Trudeau sera sans doute l’économie. Pertes d'emplois et chute du dollar canadien: les libéraux ont promis de dépenser des milliards pour relancer l'économie.

La promesse de limiter le déficit à 10 milliards n'est maintenant plus qu'un objectif et l'opposition se dit inquiète.

«Bien sûr qu'il y a beaucoup d'inquiétude. On sent beaucoup d'improvisation, beaucoup de promesses de dépenses qui n’étaient pas budgétées au départ», a déclaré Denis Lebel, député conservateur de la circonscription de Lac-Saint-Jean.

Plusieurs dossiers chauds

Justin Trudeau aura aussi d'importantes décisions à prendre à l'égard de la lutte au terrorisme et il répète que les CF-18 seront retirés de la mission contre l'État islamique.

Les libéraux ont également jusqu'en mai pour adopter une nouvelle loi pour encadrer l'aide médicale à mourir.

12 000 réfugiés syriens doivent encore être accueillis au Canada d'ici la fin février, soit la moitié des 25 000 promis.

C'est sans compter les dossiers comme la légalisation de la marijuana, l’avenir de Postes Canada, la réforme promise du système électoral et les nominations de sénateurs, que les libéraux veulent non partisans.

«On va voir si les libéraux vont être capables de remplir toutes leurs promesses. Le budget, c'est le prochain gros défi du nouveau gouvernement libéral», a commenté le député néodémocrate de Rosemont-La Petite-Patrie, Alexandre Boulerice.

Justin Trudeau a donc énormément de pain sur la planche, lui qui doit donner suite à ses engagements électoraux dans un contexte économique changeant, et alors que les attentes sont très élevées.

Dans la même catégorie