/news/law

Recours collectif contre Uber

Agence QMI

Un recours collectif sera intenté contre Uber et le gouvernement du Québec par le syndicat regroupant 4000 chauffeurs et propriétaires de taxis et limousines du Québec.

Le Regroupement des travailleurs autonomes Métallos (RTAM-Métallos) affirme que cette poursuite fait partie d’un «plan d’actions musclées contre le transport illégal».

«Nous nous concentrerons désormais sur la valeur du travail et la valeur des permis. D’une lutte essentiellement commerciale, nous passons désormais à une lutte économique et juridique. Et nous lutterons de façon intense», a indiqué le porte-parole du RTAM-Métallos, Benoit Jugand.

Le Regroupement des travailleurs autonomes Métallos a convoqué une réunion extraordinaire pour discuter des mesures à prendre par les propriétaires et chauffeurs de taxi contre Uber, le service qui permet aux clients d’être reconduits par de simples citoyens détenant un véhicule.

Les chauffeurs ont souvent accusé Uber de concurrence déloyale parce que ses chauffeurs n’ont aucun permis. Ils ont aussi reproché au gouvernement du Québec de ne pas intervenir dans ce dossier.

Le recours collectif sera déposé par Deveau avocats. Il doit d’abord être approuvé par un juge avant que la cause puisse être entendue.

Sans fondement selon Uber

Uber a répliqué par communiqué en affirmant que «ce recours collectif protectionniste est sans fondement, surtout que certaines compagnies de taxis québécoises se vantent d’avoir eu une année record en 2015».

Uber estime que son service devrait être réglementé.

«Nous travaillons en ce sens avec le gouvernement provincial pour en faire une réalité, comme c’est le cas dans près de 70 juridictions en Amérique du Nord», affirmé son porte-parole Jean-Christophe De Le Rue.

«Alors que les villes comme Edmonton, Ottawa et Toronto travaillent sur de nouvelles réglementations qui favorisent le covoiturage urbain, il est décevant de constater que l'administration du maire Coderre gaspille les fonds publics pour ralentir l'innovation, tout en disant qu'il veut faire de Montréal une ‘ville intelligente’», a-t-il ajouté.

Pas de réaction du ministre

Le ministre des Transports, Robert Poëti, n’a pas voulu réagir au dépôt imminent d’une demande de recours collectif contre Uber et le gouvernement du Québec.

«Il n’y aura pas de réaction ni d’entrevue. C’est un processus judiciarisé, donc c’est sûr que nous, on ne commente pas là-dessus», a indiqué son attachée de presse, Anne-Catherine Couture.

Cette dernière a tenu à rappeler que M. Poëti avait annoncé qu’il moderniserait l’offre de transport et l’industrie du taxi.