/news/culture

Adele dénonce l'utilisation d'une de ses chansons par Donald Trump

Agence QMI

La chanteuse Adele n’a pas donné l’autorisation à Donald Trump d’utiliser son matériel pour promouvoir sa campagne à l’investiture républicaine en vue des élections américaines de novembre prochain.

C’est ce qu’a rapporté lundi le quotidien britannique «The Independent», alors que se déroulaient les primaires présidentielles de l’Iowa.

«Adele n’a pas donné sa permission pour l’utilisation de sa musique dans aucune campagne politique», a indiqué un de ses porte-parole.

Ainsi, l’artiste a prévenu le controversé candidat à l’investiture républicaine, qui est en tête des sondages au sein de sa formation politique, qu’il n’a pas son aval pour réchauffer les foules avec ses chansons.

Trump utilisait jusqu’à maintenant le succès «Rolling in the Deep» d’Adele, dont le refrain dit «We could have had it all» («On aurait pu tout avoir»), pour galvaniser ses partisans avant de se présenter sur scène lors de ses assemblées.

Le milliardaire, qui est un admirateur d’Adele, avait assisté l’an dernier au tour de chant de cette dernière à New York. Il a aussi utilisé le succès «Skyfall» de la chanteuse, chanson tirée du film du même nom de la franchise des James Bond.

Sur Twitter, des admirateurs d’Adele se sont d'ailleurs déchaînés.

Soulignons que le leader d’Aerosmith Steven Tyler s’est opposé de son côté à ce que sa ballade «Dream On» serve également à Donald Trump.

Un autre candidat à l’investiture républicaine, Mike Huckabee, a pour sa part revisité le plus récent hit planétaire d’Adele, «Hello», pour promouvoir sa campagne.

Dans la même catégorie