/news/law

Une photo en bikini envoyée à l’homme qui l’a «traumatisée»

Maxime Deland | Agence QMI

 - Agence QMI

L’avocate de Jian Ghomeshi a tout fait pour miner la crédibilité de la femme qui aurait été brutalisée par l’ex-animateur vedette de CBC au jour 2 de son procès pour agressions sexuelles.

La défense a d’ailleurs sorti un lapin de son chapeau en toute fin de contre-interrogatoire, en présentant en preuve deux courriels vieux de 12 ans que la victime alléguée aurait envoyés à Jian Ghomeshi.

L’un des courriels était accompagné d’une photo d’elle en bikini, étendue sur la plage.

Ces messages ont été envoyés plus d’un an après que Ghomeshi eut présumément brutalisé la victime en lui tirant les cheveux et en la frappant à coups de poing dans le visage.

«Comment expliquez-vous ces courriels, alors que vous avez répété plusieurs fois que vous ne vouliez plus rien savoir de M. Ghomeshi?» a demandé l’avocate de la défense à Natasha (nom fictif), qui affirme avoir été brutalisée par l’accusé.

Pour Natasha, ces courriels n’étaient qu’une façon «d’appâter» Ghomeshi. «Je voulais qu’il m’appelle pour me donner des explications. Je voulais qu’il me dise pourquoi il m’avait frappé dans le visage comme il l’a fait. Je voulais savoir. Je voulais le confronter», a-t-elle répondu.

Le contre-interrogatoire de la première victime alléguée de Jian Ghomeshi a pris fin un peu avant l’heure du dîner.

Le procès, qui devait reprendre en milieu d’après-midi, a finalement été suspendu jusqu’à jeudi. La Couronne a admis que la vitesse à laquelle se déroule le procès a causé un conflit d’horaire avec les témoins. «Notre deuxième témoin était prévu pour plus tard», a indiqué le procureur de la Couronne, Michael Callaghan.

On présume que dès jeudi, la deuxième victime présumée de Jian Ghomeshi s’amènera à la barre des témoins et racontera son expérience avec l’ancienne vedette de la CBC.

Rappelons que Ghomeshi fait face à cinq chefs d’accusation: quatre d’agression sexuelle et un autre d’avoir tenté de vaincre la résistance d’une victime par étouffement. L’homme de 48 ans a plaidé non coupable à toutes les accusations. Les faits reprochés à Ghomeshi se seraient produits en 2002 et 2003.

Jian Ghomeshi, qui a admis publiquement être un adepte des pratiques sexuelles brutales, a toujours affirmé que ses partenaires étaient consentantes.

Marie Heinen, une avocate redoutable

L’avocate de Jian Ghomeshi est reconnue comme une criminaliste impitoyable. Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’elle fait honneur à sa réputation depuis le début du procès pour agressions sexuelles de l’ex-vedette de CBC.

Méthodique, intransigeante, insistante et autoritaire: Marie Heinen n’a pas ménagé la première victime alléguée de Jian Ghomeshi en contre-interrogatoire.

À plusieurs occasions, Me Heinen s’est attardée aux contradictions de la présumée victime dans son témoignage.

Par moment, on a senti de l’exaspération de la part de Natasha (nom fictif de la victime alléguée), devant l’insistance de l’avocate. L’exercice était particulièrement difficile pour elle, considérant la vingtaine d’entrevues qu’elle a donnés aux médias lorsque le scandale a éclaté.

À de nombreuses occasions, Me Heinen a soulevé des différences entre ce que Natasha a dit dans les médias, ce qu’elle a dit aux policiers et ce qu’elle a dit dans son témoignage au procès. «Dans cette entrevue, vous racontez que M. Ghomeshi vous a projetée au sol et dans celle-ci, vous dites qu’il vous a poussée au sol. Comment est-ce possible de dire deux choses différentes dans deux entrevues?» a demandé Me Heinen à la présumée victime.

Après une brève hésitation, Natasha s’est avancée pour répondre calmement. «Ce que je dis, c’est qu’il ne m’a pas dit ‘Tiens, voilà un siège, viens t’asseoir’. J’ai peut-être utilisé des mots différents, mais c’était toujours pour raconter la même histoire. Je n’ai pas menti.»

Visiblement, les deux autres victimes alléguées qui seront appelées à la barre des témoins auront devant elles une avocate qui tentera l’impossible pour semer un doute raisonnable dans la tête du juge.

 

TRADUCTION DES DEUX COURRIELS ENVOYÉS À JIAN GHOMESHI, PLUS D’UN AN APRÈS LES PRÉSUMÉES AGRESSIONS SEXUELLES

Date d’envoi: 16 janvier 2004

Heure: 3 h 03 AM

Salut Playboy,

C’était bien de te voir à nouveau! Ton émission est encore super. Quand tu prendras une pause de déneigement tout nu, va voir le www.theminiatures.com. Si tu cherches, tu trouveras la vidéo que Danny et moi avons faite. La chanson est OK, elle a une touche de T-Rex. Si tu veux rester en contact avec moi, voici mon courriel!!! Ou 416 376-****

Date d’envoi: 22 juin 2004

Heure: 1 h 46 AM

Pièce jointe: beach1.jpg

Allô Jian,

Je te regardais dans le documentaire Screw The Vote et j’ai pensé t’écrire un petit mot pour te saluer. J’espère que tout va bien. Dis bonjour à Mike de ma part si tu le vois.

--

* Jian Ghomeshi n’a jamais répondu à ces courriels

* Selon la présumée victime, ces courriels visaient à «appâter» Ghomeshi pour qu’il l’appelle afin qu’elle puisse lui demander pourquoi il l’avait brutalisée

Dans la même catégorie