/news/society

Offre de pilules abortives aux femmes enceintes

 Agence France-Presse

archives AFP

Une ONG néerlandaise a annoncé mardi qu'elle offrait des pilules abortives aux femmes enceintes à travers le monde, via son site internet, pour éviter toute ruée vers des méthodes risquées d'avortement si elles craignent Zika.

«Le virus Zika se répand pour la plupart dans des pays où l'accès à l'avortement est très réduit», notamment dans des pays catholiques très conservateurs, a déclaré à l'AFP Rebecca Gomperts, directrice et fondatrice de l'ONG Women on Web, faisant notamment allusion au Brésil, pays le plus touché avec 4000 cas suspectés de microcéphalies.

«Le nombre d'avortements à l'aide de méthodes risquées pourrait augmenter, et cela nous préoccupe énormément», a-t-elle ajouté. «Nous voulons nous assurer que les femmes ont accès à des avortements sûrs et médicalisés».

L'Organisation mondiale de la Santé (OMS) a qualifié lundi d'«urgence de santé publique de portée mondiale» l'épidémie du virus Zika, transmis par un moustique, soupçonnée de causer des malformations congénitales. Elle a averti que le virus se propageait «de manière explosive» dans la région des Amériques, avec 3 à 4 millions de cas attendus en 2016.

Si aucune contre-indication médicale n'est établie, l'ONG envoie par la poste un paquet de pilules ainsi que des instructions.

L'ONG, qui milite pour l'accès à l'avortement, envoie ce genre de paquets à travers le monde depuis sa fondation en 2005, mais a réitéré son appel dans le contexte du virus Zika.

Il s'agit d'une combinaison de deux sortes de pilules entraînant un avortement sans chirurgie, possible jusqu'à la douzième semaine de grossesse, selon Mme Gomperts qui a refusé de révéler combien de paquets ont déjà été envoyés.

Dans la même catégorie