/news/society

437 écoles sur des terrains contaminés

Pierre-Olivier Zappa | TVA Nouvelles

437 écoles sont situées sur des terrains contaminés au Québec selon des données obtenues par TVA Nouvelles.

Aucune région n’est épargnée selon un bilan du ministère de l’Éducation. Une forte proportion de ces écoles se trouvent à Montréal (262), en Montérégie (78), dans le Centre-du-Québec (44), en Estrie (12), et dans les Laurentides (12).

«Dans le sol des cours d’école, on retrouve parfois des métaux lourds et des hydrocarbures comme le mazout», prévient Monique Beausoleil, toxicologue à la Direction de la santé publique de Montréal.

Tant que le couvert d’asphalte tient le coup, les risques pour la santé seraient limités.

«On doit éviter que les écoliers entrent en contact avec la terre contaminée», souligne néanmoins madame Beausoleil.

Des millions pour décontaminer

Tôt ou tard, l’État devra défrayer des dizaines de millions de dollars pour décontaminer le sol des écoles, selon plusieurs experts consultés.

LISTE - Écoles sur des terrains contaminés

Par exemple, les travaux de décontamination de l’École Baril à Montréal ont coûté près de 200 000$ à la Commission scolaire de Montréal. Les normes en bâtiment actuelles exigent notamment que les terrains soient décontaminés lors d’importants travaux de rénovation ou de reconstruction.

TVA Nouvelles révélait mardi que près de 500 bâtiments scolaires sont en mauvais état au Québec. Pour rénover ce parc immobilier, le gouvernement devra investir sept fois plus d’argent. Selon les propres données du ministère, la facture s’élève à 3,5 milliards $, bien plus que les 500 millions $ actuellement dédiés à la réfection des écoles.

Carte des sols contaminés

La CAQ préoccupée

«Le gouvernement doit agir», martèle Jean-François Roberge, porte-parole de la Coalition avenir Québec (CAQ) en matière d’éducation. «L’inaction démontre clairement que l’éducation est loin des priorités de monsieur Couillard», insiste-t-il.

Le 16 janvier dernier, l’ancien ministre de l’Éducation a promis un «réinvestissement» consacré aux infrastructures scolaires, dont l’ampleur demeure toujours inconnue.

Dans la même catégorie