/regional/montreal/montreal

Le maire et les élus ont appris son ampleur dans les médias

Marie-Christine Trottier | 24 Heures

 - Agence QMI

Le maire Coderre et les autres élus du comité exécutif de la Ville de Montréal n’ont appris l’ampleur du déversement d’eaux usées prévu dans le fleuve Saint-Laurent qu’en octobre dernier dans les médias.

Même si les fonctionnaires de la Ville leur avaient fourni des informations dans un document du système de gestion des dossiers décisionnels (GDD), les détails ne leur avaient pas été précisés.

«On y parlait d'un déversement d'eaux usées. L'information se limitait à ça. Il n'y avait pas de quantité mentionnée», a indiqué Louis Beauchamp, directeur du Service des communications à la Ville de Montréal. Il a ajouté que les élus n’ont eu connaissance du dossier qu’au moment où les médias en ont parlé.

Le maire évite la question

Le maire Coderre a confirmé savoir qu'il y aurait un déversement, mais il n'a toutefois pas voulu préciser s'il était au courant dès le début que la quantité déversée serait de 8 milliards de litres.

«Ce n'est pas une question, depuis le départ. Pour moi, ce n'est pas important. Il y a eu un évènement, on l'a assumé, et comme maire de Montréal, on n'a pas cherché de faux fuyant.»

Selon M. Beauchamp, tous les élus de la Ville de Montréal ont été informés par le biais du GDD. Le maire a aussi imposé un moratoire médiatique de deux jours après que l'information eut été rendue publique, pour mieux comprendre et analyser le dossier.

«C'est à ce moment-là qu'ils ont pu davantage apprécier tout son impact. C'est à ce moment-là que ça s'est passé», a dit M. Beauchamp.

Le maire a toutefois répliqué en affirmant que «M. Beauchamp est dans l'erreur et qu'il y a eu un problème de communication».

Moins de litres déversés que prévu

Par ailleurs, seulement 4,9 milliards de litres d’eaux usées ont été déversés dans le fleuve Saint-Laurent du 11 au 14 novembre derniers, au lieu des 8 milliards prévus initialement, a confirmé la Ville de Montréal dans un bilan rendu public mercredi.

Si la municipalité se félicite d'avoir réalisé les travaux plus rapidement que prévu, elle constate qu'elle a sous-évalué l'acceptabilité sociale du déversement. En effet, dans les recommandations contenues dans le bilan, on mentionne qu'il faudra «élaborer un plan de communication stratégique pour chaque projet sensible ou d'importance».

On recommande aussi d'améliorer l'évaluation des risques pour les projets sensibles et de fournir en amont les informations nécessaires concernant les enjeux d'acceptabilité sociale.

Réaction de l’opposition

Sylvain Ouellett, porte-parole de Projet Montréal en matière d’environnement, a pour sa part déploré que l’administration Coderre semble plus soucieuse de se «préoccuper de son image que du problème de fond qui a mené au déversement d’eaux usées dans le fleuve».

«Le maire dit vouloir éviter que l’image de la Ville de Montréal ne soit ternie par cet épisode, mais il ne semble pas enclin à changer les méthodes de travail qui ont mené audit épisode. Un peu de cohérence serait apprécié», a-t-il dit.

Il s’inquiète également des autres travaux qui devront être menés dans l’intercepteur sud-est, notamment aux structures Dickson et Alpin, car seules de «très timides mesures de mitigation» auraient été mises en place.

Pas d'autre déversement prévu

L'administration municipale a confirmé qu'il n'y aura «probablement plus» de déversement d'une aussi grande ampleur dans les prochaines années. Elle n'exclut toutefois pas qu'il y en ait d'autres de moindre importance.

C'est la raison pour laquelle le maire a rappelé qu'il travaille actuellement avec le gouvernement fédéral pour installer une voie de contournement. Celle-ci pourrait coûter jusqu'à 1 milliard $.

Par ailleurs, le déversement aura eu moins d'impact sur l'environnement que prévu: les eaux usées se sont répandues dans un corridor de 250 m de large, sur 10 km en aval de Montréal.

Au-delà de Repentigny, il n'y a eu aucun changement dans les concentrations en coliformes fécaux par rapport à la normale. Selon des essais de létalité aiguë, les poissons présents à quelques mètres des points de déversements ne seraient pas morts après quatre jours d'exposition en continu.

La qualité chimique des sédiments et des plantes n'aurait pas été affectée. Conformément à l'arrêté ministériel, des tests seront effectués jusqu'en juin pour confirmer ces résultats.

 

Faits saillants :

-4,9 milliards de litres d'eau déversés au lieu des 8 milliards prévus.

-Quatre jours de déversement au lieu de 10 jours.

-La qualité de l'eau est revenue à la normale entre 4 à 10 jours après le déversement.

-Moins de 3 mètres cubes de déchets ont été ramassés sur les berges.

Dans la même catégorie