/news/politics

Un meilleur encadrement nécessaire selon la ministre

TVA Nouvelles

La ministre à la Protection de la jeunesse Lucie Charlebois estime que la récente vague de fugues dans les centres jeunesse doit être freinée par un meilleur encadrement des adolescentes et une surveillance accrue des médias sociaux.

«On travaille tous en équipe pour trouver de nouvelles façons d’intervenir», a avoué la ministre.

Parmi celles-ci, on souhaite resserrer la surveillance des médias sociaux dans les centres eux-mêmes.

La ministre a aussi demandé un effort de la part des parents, les exhortant à être «triplement vigilants».

Barrer les portes?

On n’envisage toutefois pas de barrer les portes des centres, une mesure bannie de ces établissements depuis 2008.

Selon Charlebois, le tout constituerait une atteinte à la liberté des jeunes filles : «certains jeunes sortent, s’intègrent à la société et ça leur réussit». 71% des fugueurs reviennent par eux-mêmes au bercail.

«Les portes ne sont plus barrées, mais ça ne veut pas dire que ça ne nécessite pas d’encadrement», a-t-elle toutefois précisé.

Un problème localisé?

Le fait que trois des récentes fugueuses proviennent du même centre jeunesse à Laval n’a pas lieu de soulever l’inquiétude selon la ministre.

«Peut-être que la semaine prochaine ce sera un autre centre. Je pense qu’il faut adresser le problème en général», a confié la ministre.

Néanmoins, elle a déclaré croire à une possible infiltration d'un réseau de prostitution au sein de celui-ci: «manifestement, il y a un réseau qui s’est infiltré au Centre jeunesse de Laval. La police est sur le coup et on est en train de travailler là-dessus».

 

 

 

Dans la même catégorie