/regional/troisrivieres/mauricie

Bureau d'enquête | Les Hells préparent leur retour à Trois-Rivières

Moins d’un an après la démolition du bunker des Hells Angels à Trois-Rivières, les motards se cherchent un nouveau toit dans la région, selon notre bureau d'enquête.

À part un grand terrain vague, il ne reste rien de ce repaire qui devait faire l'orgueil des Hells dans la ville de la Mauricie.

Le chapitre trifluvien du club de motard n'est toutefois pas mort avec son symbole. L'organisation serait sur le point d'ouvrir un nouveau local.

«Ici, à Trois-Rivières, les Demons sont actifs présentement. Plusieurs personnes les ont vus avec leur patch (écusson). Et... l'information qui transige un peu partout, c'est qu'ils sont présentement à former un local», explique l’ex-directeur de l’escouade Carcajou Québec, Paul Laplante.

Il s’agirait du premier geste menant à la reprise officielle des activités du club de Trois-Rivières.

«Ça va leur prendre un local, effectivement, parce que ça fait partie de leur charte. Ça va leur prendre un endroit où ils peuvent se rencontrer», précise Jean-François Brochu, expert en affaires policières.

Leur charte exige aussi la présence d'au moins six membres en règle.

«On sait que, selon la charte des Hells, ça prend six membres actifs, qui ne sont pas détenus ou prévenus», mentionne M. Laplante.

Le crime organisé toujours présent

L'avortement du procès SharQc a permis la libération de plusieurs Hells. L'organisation se restructure et n'hésite pas à le faire savoir, comme elle l'a démontré en novembre lors des funérailles de Lionel Deschamps, un fondateur du chapitre de Montréal, qui n'a pas manqué d'afficher son appartenance aux Deimos Crew, un club affilié de Trois-Rivières.

«À leur sortie de prison, ils vont bien sûr remontrer qu'ils sont de retour», dit M. Brochu.

Hells ou autres organisations, le crime organisé est toujours présent.

«C'est comme un cancer. Un cancer, on le traite... on peut enlever quelques métastases, dit Jean-François Brochu en guise d’image. Souvent, elles reviennent, et ça sera le cas avec les Hells Angels, tant à Trois-Rivières qu'ailleurs.»

Un territoire qui n'a jamais été laissé complètement à l'abandon. Même sans bunker, les chapitres ne sont pas morts, seulement en dormance. Les activités criminelles n'ont jamais complètement échappé aux clubs de motards.

-D’après un reportage de Ghislain Morissette

Dans la même catégorie

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.