/finance/homepage

La Québécoise BMR ouvre grand ses bras aux petits marchands insatisfaits

Denise Proulx | Argent

Pascal Houle, chef de la direction de Groupe BMR

Agence QMI

Pascal Houle, chef de la direction de Groupe BMR

Promu premier quincaillier 100 % québécois depuis la vente de RONA à l’entreprise américaine Lowe’s, Groupe BMR ouvre grands les bras aux marchands qui seront insatisfaits de leur relation d’affaires avec Lowe’s.

Groupe BMR, acheté par la Coop Fédérée en février 2015, n’entend pas racoler les marchands affiliés à RONA, mais croit qu’un certain nombre d’entre eux pourrait se laisser séduire par ses valeurs québécoises.

«C’est certain que ça va devenir une force. Notre stratégie a toujours été de favoriser les marchands près de chez nous, ça fait partie de notre ADN. On va continuer notre plan de match de miser sur le commerce en région», déclare le chef de la direction de Groupe BMR, Pascal Houle.

La stratégie de développement actuelle de BMR est de consolider l’intégration de son Groupe avec les quincailleries Unimat, et d’appuyer les marchands qui voudront prendre de l’expansion. Avec 300 magasins au Québec, c’est maintenant en Ontario que BMR projette poursuivre son expansion.

 Néanmoins, Pascal Houle ne craint pas la nouvelle force d’achat de RONA/Lowe’s.

«On a déjà fait face à RONA et Home Depot. On est habitué à cette concurrence. On s’est développé en région où il y a moins de grandes surfaces», ajoute le chef des opérations.

La valse des petits marchands

Détenteurs d’actions établies au prorata de leur volume d’achat, les petits marchands affiliés à RONA ont accueilli avec le sourire l’annonce de l’offre d’achat de la quincaillerie par Lowe’s. En revanche, le nouvel acquéreur devra rapidement faire connaître ses intentions, pour garder leur fidélité.

«J’ai un grand degré d’adaptabilité. Un monde de possibles s’ouvre à moi. Je m’attendrai à ce que RONA/Lowe’s me dise rapidement comment elle entrevoit l’avenir. J’écouterai tout ce qu’on me proposera, de qui que ce soit», explique Delphine Grégoire, propriétaire de la quincaillerie J R Grégoire de la rue Ontario à Montréal depuis huit ans. Cette quincaillerie a été fondée par son grand-père, l’un des premiers membres du groupe RONA.

Madame Grégoire affirme avoir senti une désaffection de RONA envers ses marchands depuis que l’entreprise est entrée en Bourse. Elle considère que la qualité de la relation d’affaires importe tout autant que la valeur des gains que lui procurent ses actions.

«Je vends des produits québécois, c’est un facteur de qualité qui s’ajoute au prix. Ce serait un irritant de voir que nos fournisseurs québécois sont tassés par des Américains. Je ne changerai pas quatre trente sous pour une piastre», reconnait-elle.

Un autre marchand RONA, Serge Lemay, souhaite quant à lui que la nouvelle administration soit plus à l’écoute de ses affiliés.

«Lowe’s dit vouloir accroître ses services aux quincailliers indépendants. Si elle veut nous conserver, elle va devoir travailler à une libéralisation dans notre pouvoir d’achat. La facilité d’approvisionnement sera à mettre dans la balance», analyse de propriétaire de la quincaillerie Bricoville, qui néanmoins, fermera ses portes dans un mois.

Portrait de Groupe BMR

Magasins au Québec

243 magasins BMR (dont 20 corporatifs)

93 magasins Unimat

4 magasins Agrizone

Magasins ailleurs au Canada

10 magasins au Nouveau-Brunswick 

4 en Nouvelle-Écosse 

8 en Ontario 

1 à l’Île-du-Prince-Édouard

Chiffre d’affaires en 2014

1,7 milliard $

Nombre d’employés

Siège social et entrepôts : 289

Magasins corporatifs : 897

Marchands affiliés (BMR, Unimat ou Agrizone) : 8 500

Projets en cours

Ouvertures prochaines (constructions neuves) : 4

Rénovation, agrandissement, réaménagement : 40

Dans la même catégorie