/news/world

Les insultes fusent, Trump attaque Bush

Agence France-Presse

Le milliardaire américain Donald Trump, en tête des sondages pour l'investiture présidentielle républicaine, a violemment attaqué le candidat Jeb Bush lors d'un débat télévisé samedi soir, qui a viré aux invectives et accusations de mensonge.

Le débat, le neuvième de la saison, a été ponctué de violents échanges, plus que dans les émissions précédentes, reflétant la tension croissante alors que le nombre de candidats en lice s'est réduit à six hommes, et que les républicains de Caroline du Sud voteront samedi prochain, troisième étape des primaires.

Donald Trump et Jeb Bush, qui s'opposent régulièrement lors des débats et à distance, se sont à nouveau accrochés sur la politique étrangère.

L'homme d'affaires a commencé par dire que les États-Unis ne pouvaient mener deux guerres en même temps en Syrie, à la fois contre Bachar al-Assad et l'organisation État islamique, des «animaux» qui doivent être selon lui la priorité militaire américaine.

«Jeb a tort», a ajouté Donald Trump, alors que l'ex-gouverneur de Floride insiste pour le départ du président syrien. «C'est en l'écoutant, lui et d'autres, qu'on s'est retrouvés au Moyen-Orient depuis 15 ans sans avoir rien gagné».

«Cela vient d'un homme dont la politique étrangère est inspirée d'émissions de télévision», a répondu Jeb Bush, frère cadet de George W. Bush.

L'ex-président Bush doit pour la première fois participer à une réunion lundi, en Caroline du Sud, avec son frère, son premier de la campagne.

Donald Trump a ressorti le dossier brûlant de la guerre d'Irak, affirmant: «ils ont menti, il n'y avait pas d'armes de destruction massive».

«J'en ai ras le bol qu'il attaque ma famille», a répliqué Jeb Bush. «Pendant que Donald Trump faisait des émissions de téléréalité, mon frère construisait un appareil sécuritaire pour nous protéger».

«Le World Trade Center s'est effondré sous le règne de votre frère. Souvenez-vous en», a lâché l'homme d'affaires. «Ce n'est pas ce que j'appellerais nous protéger», faisant référence aux attentats du 11-Septembre.

Tentant de trancher le différend, le sénateur de Floride Marco Rubio est intervenu en mêlant les démocrates au débat.

«Je remercie Dieu que George W. Bush ait été à la Maison-Blanche le 11 septembre, et pas Al Gore», a dit Marco Rubio en parlant du candidat démocrate malheureux à la présidentielle de 2000. «Le World Trade Center a été détruit parce que Bill Clinton n'a pas tué Oussama ben Laden quand il en a eu l'occasion».

Ce ne fut pas le seul accroc de la soirée. Les sénateurs Ted Cruz et Marco Rubio se sont accusés mutuellement d'avoir retourné leur veste sur l'immigration clandestine. Et Donald Trump s'en est pris de façon répétée à Jeb Bush, raillant ses lobbyistes et l'accusant d'être «le plus faible» du lot sur l'immigration.

Puis, il a traité le sénateur Cruz de «menteur» et de «sale type».

Dans la même catégorie