/news/culture

Affaire Jutra: prudence, dit la ministre David

Agence QMI et TVA Nouvelles

La ministre de la Culture et des Communications, Hélène David, a martelé lundi que la prudence était de mise à la suite des allégations de pédophilie contenues dans la biographie du défunt cinéaste québécois Claude Jutra, qui paraîtra mardi.

«Le livre n’est pas sorti encore. Écoutez, ce genre d’allégations est toujours troublant. [...] Vous comprendrez qu’il faut être extrêmement prudent avec question là. Pour l’instant, prudence, prudence, prudence», a indiqué la ministre lors d’un point de presse en après-midi.

Selon Mme David, il est prématuré de parler d’un possible changement de nom de la grande soirée du cinéma à laquelle Claude Jutra a donné son nom, et qui aura lieu le 20 mars.

«Nous sommes tous prudents par rapport à quelque chose qui ne porte ni visage ni nom. [...] Une allégation confirmée, cela veut dire d’habitude qu’il y a eu un procès, quand on sera rendus là, on regardera les choses de très près. Pour l’instant, il n’y a rien de prouvé», a fait valoir la ministre.

«On est une société de droit, a poursuivi Mme David. On parle de quelqu’un qui est décédé et de victimes supposées qui ne se sont pas manifestées, alors prudence.»

Le critique et professeur de cinéma à la retraite Yves Lever écrit dans la biographie que le célèbre cinéaste qui a donné son nom aux Oscars québécois était pédophile et qu’il aurait eu un «penchant» pour les adolescents de 14-15 ans.

Cette bombe dans le milieu du septième art québécois a provoqué une véritable secousse, forçant Québec Cinéma, l’organisation qui chapeaute La soirée des Jutra, à se réunir d’urgence, lundi matin.

- Avec la collaboration de Guillaume Picard

Dans la même catégorie