/regional/abitibi

La communauté de Lac-Simon ébranlée

La communauté autochtone de Lac-Simon, près de Val-d’Or, est sous le choc deux jours après l’intervention policière qui a mal tourné dans laquelle le policier Thierry Leroux a été abattu.

 

«Je pense qu’il faut une meilleure communication entre les membres de la communauté et nous devons informer les policiers de notre mode de vie», explique Jean-Marie Papatie, responsable de la Sécurité publique à Lac-Simon en entrevue à TVA Nouvelles.

 

La petite communauté de 1500 âmes est très touchée par le tragique événement. «Nous sommes surpris des agissements du suspect (qui s’est enlevé la vie)».

 

 

 

Thierry Leroux, 26 ans, est mort, samedi soir, lorsque Anthony Raymond Papatie a fait feu.

 

La victime était impliquée dans sa communauté depuis son arrivée au poste de police en août dernier.

 

Dépressif et alcoolique?

 

Celui qui a fait feu sur l'agent Leroux a laissé une note sur sa page Facebook, mentionnant qu’il avait tiré «sur une police».

 

Selon ses amis, Anthony Raymond Papatie, 22 ans, était diplômé du programme d’enrôlement des autochtones des Forces armées canadiennes. Il était en possession de cinq armes, dont une carabine SKS.

 

Il aurait eu un épisode de dépression et avait des problèmes de consommation d’alcool.

 

Dans la même catégorie