/news/culture

Une biographie de Claude Jutra soutient que le cinéaste était pédophile

Agence QMI avec TVA Nouvelles

Les allégations de pédophilie qui pèsent contre Claude Jutra, 30 ans après sa mort, ont déclenché une véritable tempête sur les réseaux sociaux et dans les officines carburant à la culture, l’homme étant considéré comme un grand du cinéma québécois.

Le critique et professeur de cinéma à la retraite Yves Lever écrit dans la biographie à paraître mardi que le célèbre cinéaste qui a donné son nom aux Oscars québécois - La soirée des Jutra - était pédophile et qu’il aurait eu un «penchant» pour les adolescents de 14-15 ans.

Cette bombe dans le milieu du septième art québécois a provoqué une véritable secousse, forçant Québec Cinéma, l’organisation qui chapeaute La soirée des Jutra, à se réunir d’urgence, lundi matin, d’autant plus que la 18e remise de prix approche à grands pas.

En matinée, tant la ministre de la Culture et des Communications, Hélène David, que Québec Cinéma, ont répété que la prudence s’imposait dans ce dossier, puisqu’il s’agit pour l’heure d’allégations non vérifiées par les autorités compétentes.

Québec Cinéma a annoncé la formation d’un conseil de sages, qui pourra formuler éventuellement des recommandations.

«La question est extrêmement délicate et c'est pourquoi nous devons rester à la fois très vigilants et prudents, a déclaré le président du conseil d'administration de Québec Cinéma, Patrick Roy. Nous sommes dans un contexte vraiment particulier, car les sources sont anonymes, aucune accusation n'est portée et la personne visée par les allégations est décédée.»

«[...] La reconnaissance de l'œuvre exceptionnelle de Claude Jutra reste aussi fondée aujourd'hui qu'hier. Cela dit, nous prenons la situation très au sérieux et allons suivre l'évolution du dossier de près, dans l'intérêt de notre mission et des préoccupations de l'industrie et du public», a indiqué pour sa part Ségolène Roederer, la directrice générale de Québec Cinéma.

L’auteur de «Claude Jutra - Biographie», qui sera publié mardi par la maison d’édition Boréal, laisserait entendre que le défunt réalisateur aurait entretenu des relations douteuses avec des enfants, dont au moins un de moins de 14 ans; l’âge du consentement sexuel à cette époque.

Né à Montréal le 11 mars 1930, Claude Jutra, qui était comédien, scénariste et monteur, a réalisé «Mon oncle Antoine», film considéré par les critiques et les observateurs comme un bijou du cinéma québécois et canadien. On lui doit aussi les titres «Kamouraska», «Il était une chaise» (avec Norman McLaren) et «À tout prendre».

Le cinéaste s’est suicidé en 1986, à l’âge de 56 ans.

Soulignons que les Prix Écrans canadiens remettent aussi chaque année un prix Claude-Jutra, qui honore le réalisateur d’un premier long métrage.

Dans la même catégorie