/news/politics

Khadir et des chauffeurs de taxi portent plainte à la SQ contre Uber

Pierre-Olivier Fortin | Agence QMI

Des chauffeurs de taxi se sont rendus au quartier général de la Sûreté du Québec dans la Vieille-Capitale, jeudi matin, jour du début des travaux de la commission parlementaire, pour porter plainte pour fraude contre UberX.

Quatre chauffeurs de taxi étaient accompagnés du député de Québec solidaire Amir Khadir, qui leur a offert son soutien inconditionnel.

Le dépôt de ces plaintes, jeudi, coïncide avec le début des travaux de la commission parlementaire sur le transport rémunéré de personnes par automobile à l’Assemblée nationale. Des représentants d’Uber, de l’industrie du taxi et des villes, entre autres, seront entendus par les élus.

Les députés québécois sont divisés, mais le Parti libéral du Québec a tranché la question en début d’année en affirmant qu’Uber était là pour rester et qu’il fallait trouver un moyen d’encadrer cette façon de faire.

Les élus de Québec solidaire et du Parti québécois sont farouchement opposés à UberX et soutiennent que, selon les lois actuelles, ses activités sont illégales.

Plusieurs chauffeurs de taxi sont prêts à aller très loin pour défendre leur gagne-pain qu’ils sentent menacé par Uber. Ils l’ont rappelé, la semaine dernière, en accueillant les élus au parlement avec un concert assourdissant de klaxons.

Les chauffeurs de taxi ont également organisé plusieurs moyens de pression à Montréal, notamment en bloquant des voitures au centre-ville et en manifestant à l’aéroport.

En plus de la poursuite pour fraude, des membres de la direction d’Uber sont poursuivis pour «participation à la commission d’une infraction», rapporte «Le Soleil».

Trois constats ont été remis à Uber Canada au tournant de l’année relativement à des transports illégaux effectués dans la couronne nord de Montréal.

Le responsable d’Uber au Québec, Jean-Nicolas Guillemette, a lui aussi reçu des constats d’infraction pour ces trois transports, en plus d’un autre effectué à Québec en octobre dernier, ajoute «Le Soleil».

Uber n’a pas encore répondu à ces accusations.

Dans la même catégorie