/news/politics

Uber et les taxis entendus en commission parlementaire

Agence QMI

FD-MANIFESTATION TAXIS

Aurélie Girard/Agence QMI

Des représentants des chauffeurs de taxi, de l’entreprise Uber et du gouvernement provincial sont, entre autres, attendus jeudi pour discuter du «transport rémunéré de personnes par automobile».

Il s’agit du début des consultations et des auditions publiques dans le cadre de la commission parlementaire sur l’industrie du taxi.

Celle-ci vise à «déterminer des éléments de l’encadrement du transport rémunéré de personnes par automobile qui permettront de mettre en place un environnement d’affaires équitable, compétitif et innovant», est-il écrit dans un document du gouvernement. Son objectif est aussi d’éliminer «l’évasion fiscale dans ce domaine».

Le document indique que la commission se basera sur quatre grands enjeux. Ceux-ci sont la sécurité des usagers, l’amélioration du service à la clientèle, la mise en place d’un environnement d’affaires équitable et les nouvelles technologies liées à ce domaine.

D’autres séances de travail sont prévues les 23 et 24 février ainsi que les 9 et 10 mars prochains.

Plusieurs autres acteurs de l’industrie seront entendus au cours des consultations dont Amigo Express, Taxelco, Juripop, le Bureau de taxi de Montréal, Netlift et les aéroports de Montréal et Québec.

Priorités

Lors de l’annonce de la mise sur pied de la commission, le ministre des Transports Jacques Daoust a indiqué que ses priorités sont la sécurité des passagers, une règlementation équitable et le bénéfice du consommateur.

Le regroupement des chauffeurs de taxi juge que l’entreprise Uber est une concurrence déloyale. Il dénonce que les employés d’Uber ne sont pas soumis à la même règlementation que l’industrie du taxi pour avoir le droit d’exercer leur métier.

De son côté, Uber souhaite que la commission parlementaire soit l’occasion pour le gouvernement de trouver des solutions concrètes pour assurer le maintien de son service de covoiturage urbain.

Manifestation

Le Regroupement des travailleurs autonomes Métallos, qui représente les chauffeurs de taxi, a précisé que le blocus de ses membres se poursuivra pour toute la durée des travaux de la commission. Ils devraient d’ailleurs manifester jeudi devant l’Assemblée nationale.

Rappelons que le syndicat avait demandé à Québec d’obliger Uber à suspendre ses activités pour toute la durée de la commission.

Dans la même catégorie