/news/world

Un vol infernal de 30 heures au lieu de 4

Agence QMI

Les 159 passagers du vol 944 de la compagnie Delta Airlines à destination de New York en provenance de la République dominicaine ont vécu un interminable retour de voyage en début de semaine.

Ils avaient décollé de Punta Cana vers 15 h 15, heure locale, lundi, mais n’ont atterri à l’aéroport JFK que le lendemain vers 20 h, soit un voyage de 28 heures au lieu de quatre heures normalement.

Plusieurs médias américains ont relayé leurs mésaventures.

Le pilote de Delta n’a d’abord pas été en mesure de se poser à New York parce qu’il y avait apparemment trop de trafic et plus de place sur le tarmac. Il a donc tourné autour de l’aéroport en attendant le feu vert, mais les conditions météo se sont dégradées et il a fini par manquer de carburant.

L’avion a été dérouté vers l’aéroport de Manchester, dans le New Hampshire, un aéroport régional qui ne dispose pas des infrastructures et du personnel nécessaire pour gérer des vols internationaux. Des agents de Delta localisés à Portland, à plus de 150 km de là, ont d’ailleurs été appelés en renfort. Ils sont arrivés deux heures plus tard.

Entre-temps, la neige s’était accumulée et le mercure avait chuté, de sorte que la carlingue de l’avion s’est retrouvée complètement gelée.

Le temps filant, la direction de Delta a estimé qu’il n’était pas raisonnable que l’équipage du vol 944, en service depuis trop longtemps, remonte dans l’avion.

Les passagers ont donc été transportés à l’hôtel pour y passer la nuit. Ils ont reçu un courriel de Delta, qui leur a présenté ses excuses et offert 12 500 points Skymiles, en guise de dédommagement.

Leur avion a été planifié à 11 h, mardi. Il a décollé comme prévu de Manchester, mais le vol a été rapidement perturbé par de fortes turbulences.

Plusieurs personnes ont été malades, ont rapporté des témoins.

Une passagère a raconté à la chaîne NBC qu’elle n’avait jamais rien vécu de tel et qu’elle a bien cru que l’avion allait se casser en deux, soulignant que le pilote avait comparé son appareil à un mélangeur.

L’avion a été contraint de faire une nouvelle escale imprévue à l’aéroport de Boston, et il a dû s’y prendre à plusieurs fois avant de parvenir à se poser, vers 15 h.

Une fois au sol, plusieurs passagers ont décidé que la plaisanterie avait assez duré et ont opté pour rejoindre New York en train.

Seulement 90 personnes ont repris l’avion vers JFK vers 20 h.

La compagnie aérienne a publiquement présenté ses excuses sur les réseaux sociaux pour ce voyage dantesque.

Dans la même catégorie