/news/society

«Les femmes auraient avantage à accepter de ne pas être parfaites»

TVA Nouvelles

Les femmes doivent apprendre à ne pas sentir l’obligation d’être parfaite dans toutes les sphères de leur vie si elles veulent atteindre le bonheur et éliminer le stress.

Tel est le constat de la psychologue Rose-Marie Charest devant les résultats du  sondage Léger réalisé pour TVA Nouvelles et le Journal de Montréal qui révèle que près de 40% des femmes ont déjà été en arrêt de travail en raison du stress.

«Les femmes auraient avantage à dire: je vais accepter de ne pas être parfaite. Ne pas être parfaite partout, c’est la solution pour que les femmes puissent trouver le bonheur autant dans leur vie familiale que dans leur travail. Et le bonheur, c’est le meilleur antidote au stress», a expliqué Mme Charest à TVA Nouvelles.

Quant au fait que 42% des femmes identifient les enfants comme source de stress comparativement à seulement 29% des hommes, Rose-Marie Charest y voit un élément bien ancré dans notre mode de vie.

«Je pense qu’encore aujourd’hui, malgré toute l’évolution, les femmes considèrent encore qu’elles sont plus responsables des enfants.»

Malgré les tendances qui ressortent du sondage, la psychologue apporte cependant une nuance importante qui peut influencer les données.

«Quand on demande aux femmes si elles sont stressées, elles vont répondre plus facilement que les hommes. Quand on parle de soi, nous les femmes, on admet beaucoup plus facilement. [...] Il y a une question d’estime de soi. C’est moins difficile pour la femme d’admettre qu’elle est stressée, ça la remet moins en cause que pour l’homme», affirme Mme Charest.

Dans la même catégorie